Cinq avant cinq

Site Team

Plusieurs personnes remarquent que le temps semble passer beaucoup plus rapidement, ces dernières années.  Il nous semble qu’il y a à peine quelques jours, nous étions encore en 2014 et nous voilà déjà au mois de mars 2015.  Nous voudrions tant voir le temps ralentir, au moins un peu, mais il ne fait qu’avancer, inexorablement.  Les jours s’écoulent comme des minutes.  C’est le matin et, tout à coup, c’est déjà la nuit.  Dieu fait allusion à ce phénomène à quelques reprises, dans le Coran.


« Il leur sera demandé : « Combien d’années êtes-vous restés sur terre? »  Ils répondront : « Un jour, ou moins qu’un jour…  Qu’on s’en réfère plutôt à ceux qui comptent. » (Coran 23:112-113)


« Ils s’interrogèrent entre eux; l’un dit : « Combien de temps êtes-vous demeurés là? ».  Les autres dirent : « Nous sommes restés là un jour, ou peut-être moins encore… »  D’autres dirent : « Votre Seigneur sait mieux combien de temps nous y sommes restés. » (Coran 18:19)


Le temps passe très vite et lorsque nous nous tiendrons debout, devant Dieu, au Jour du Jugement, il nous semblera n’avoir vécu, rêvé et espéré qu’une journée ou moins.  Il nous semblera n’avoir adoré notre Créateur que très brièvement et de la manière la plus nonchalante.  Le Coran nous apprend que plusieurs d’entre nous supplierons Dieu de leur accorder plus de temps, afin de corriger leurs actions et de L’adorer de manière plus appropriée.


« Puis lorsque la mort vient à l’un d’eux (i.e. un polythéiste), il dit : « Seigneur!  Renvoie-moi (sur terre)… » (Coran 23:99)


Le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) nous a réitéré cette réalité.  Le temps ne ralentira jamais et nous ne pourrons jamais retourner en arrière pour réparer nos erreurs.  C’est pourquoi il nous a conseillé de tirer profit de cinq choses avant que cinq autres ne se produisent.


« Tirez profit de cinq choses avant cinq autres : votre jeunesse avant votre vieillesse; votre santé avant de tomber malade; votre argent avant de devenir pauvre; votre temps libre avant de devenir occupé; et votre vie avant votre mort. »[1]


Il nous conseille, donc, de tirer profit du temps que nous avons devant nous.  Quand nous sommes jeunes, nous prenons notre jeunesse et notre énergie pour acquises.  Nous avons l’impression d’avoir tout le temps devant nous, à l’infini.  Pourtant, les journées s’écoulent, les unes après les autres, et l’une des premières choses qui nous quitte, c’est souvent notre jeunesse.  Un cheveu blanc apparaît, nous commençons à ressentir de petites douleurs quotidiennes au dos, aux épaules ou aux genoux.  Et, tandis que la vieillesse se rapproche à grands pas, certaines personnes trouvent même difficile d’accomplir leurs actes de dévotion quotidiens.  Quand il nous est de plus en plus difficile de nous agenouiller pour nous prosterner en prière, nous ne souhaitons alors qu’une chose : pouvoir revenir en arrière pour accomplir ne serait-ce qu’une autre prière ou pour jeûner ne serait-ce qu’un autre jour avec toute l’énergie et la forme dont nous jouissions durant nos jeunes années.  Les jeunes doivent savoir tirer profit de leur jeunesse avant que le temps ne la fasse disparaître.  L’énergie à revendre devrait être utilisée pour aider les autres et accomplir toutes sortes de bonnes actions qui mériteront une rétribution enviable ici-bas et dans l’au-delà.


Le croyant doit également savoir tirer profit de sa santé avant d’être affaibli par la maladie, que celle-ci se manifeste durant sa vieillesse ou plus tôt dans sa vie.  Même de jeunes personnes peuvent être affectées par la maladie ou certaines blessures qui les rendent incapables d’accomplir leurs prières comme elles le voudraient.  Dieu et le prophète Mohammed ont tous deux souligné les bienfaits et la rétribution que peut tirer un croyant de sa douleur et sa souffrance.  Quand une personne devient malade, elle réalise à quel point l’être humain est fragile.  Le Prophète nous a rappelé que nul ne sait s’il perdra la santé ni à quel moment il la perdra.  Un jour, nous sommes en pleine forme et possédons toutes nos facultés mentales et, le lendemain, nous nous retrouvons dépendants des autres pour presque chaque geste du quotidien.


L’argent est une autre bénédiction qui nous vient de Dieu.  Le croyant doit donner le plus qu’il peut en charité tant qu’il a quelque chose à donner.  Nous avons tendance à voir la charité comme un don monétaire, mais elle ne se réduit pas à cette forme de don.  Nous pouvons donner de l’argent, certes, mais aussi notre temps, notre soutien et notre savoir.  Cela n’empêche pas que nous devrions utiliser nos biens monétaires pour plaire à Dieu tant que cela est possible, car l’argent est quelque chose qui peut se perdre très rapidement et notre destin financier demeure entre les mains de Dieu.  Tant de gens riches se sont retrouvés sans le sou presque du jour au lendemain et les exemples abondent autour de nous.  Il faut garder à l’esprit que tout don de charité fait dans l’intention de plaire à Dieu sera toujours rétribué.


« L’exemple de ceux qui dépensent leurs biens dans le sentier de Dieu est semblable à un grain d’où naissent sept épis renfermant cent grains chacun.  Dieu multiplie la récompense de qui Il veut.  La grâce de Dieu est immense et Il est Omniscient. » (Coran 2:261)


Le temps libre est une autre bénédiction de Dieu dont nous pouvons tous tirer profit, peu importe à quel point nous considérons être occupés.  Passer ce temps de manière intelligente signifie ne pas le perdre dans des activités futiles qui ne nous apportent aucun bienfait.  Même la plus simple des actions peut prendre une signification nouvelle si elle est faite dans l’intention de plaire à Dieu.  Si nous nous libérons de ces activités futiles qui nous font perdre un temps précieux, nous pourrons alors profiter de ce temps gagné pour augmenter le nombre de nos activités religieuses.  Quand une personne fait des choix intelligents, elle choisit de remplir son temps avec des actions qui plaisent à Dieu.  Rappelez-vous que le temps avance rapidement et de manière inexorable.  Faites ce que vous avez à faire aujourd’hui même, car nul ne sait s’il connaîtra un lendemain.  Utilisez votre temps libre avec discernement avant que votre vie de se remplisse d’obligations de toutes sortes qui ne vous apporteront aucun bienfait, à moins que vous ne gardiez constamment à l’esprit votre intention de plaire à Dieu.


Enfin, la dernière chose qu’il dont il nous conseille de tirer profit est la vie, avant que la mort ne vienne nous chercher.  Chaque matin, nous devrions remercier Dieu d’être encore en vie, car chaque nouvelle journée est une occasion supplémentaire de faire le bien (donner en charité, adorer Dieu plus longtemps ou d’une meilleure façon, etc).  C’est une occasion de sourire aux gens, autour de nous, de les aider s’ils ont besoin d’aide et de donner en charité.  C’est une occasion de faire d’innombrables gestes de bonté.  Nous sommes devenus insouciants par rapport à la mort.  Mais, inévitablement, viendra un moment, peut-être dans quelques heures, dans quelques minutes ou dans quelques secondes, où notre vie connaîtra son terme.  Le prophète Mohammed nous a conseillé de bien utiliser le temps dont nous disposons.  Faites ce que vous pouvez maintenant et non pas demain, car demain pourrait ne jamais venir.


Ce rappel du prophète Mohammed a trait à la responsabilité, à la sagesse, à la prévoyance et à l’organisation du temps.  Il nous a aussi rappelé, à d’autres occasions, l’importance de prendre conscience des bénédictions de Dieu, dans nos vies, et de les utiliser à notre avantage.  Certains versets du Coran et hadiths du Prophète nous rappellent que le temps passe très vite et que chaque petit geste que nous posons peut potentiellement devenir une source de grande rétribution.  Le Prophète nous a également dit : « Trois choses suivent une personne décédée [dans sa tombe]; deux d’entre elles s’en retournent et une reste avec la personne.  Sa famille, ses richesses et ses actions la suivent.  Et, tandis que sa famille et ses richesses finissent par s’en retourner, ses actions restent avec elle. »[2]



Note de bas de page:

[1] Al Hakim

[2] Sahih Al-Boukhari

Related Articles with Cinq avant cinq