Embrasser l’islam (partie 2 de 2) : La religion du pardon

Site Team

Nous avons conclus le premier article en affirmant que si une personne croit sincèrement qu’il n’y a pas d’autre divinité à part Allah, elle devrait embrasser l’islam sans tarder.  Nous avons également souligné que l’islam est une religion de pardon.  Peu importe le nombre de péchés que commet une personne, Dieu peut très bien les lui pardonner.  Dieu aime pardonner et Il est le Tout Miséricordieux, des attributs que le Coran souligne plus de soixante-dix fois.


 « À Dieu appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre.  Il pardonne à qui Il veut et châtie qui Il veut.  Et Dieu est Pardonneur et Miséricordieux. » (Coran 3:129)


Il y a cependant un péché que Dieu ne pardonne jamais et c’est le fait de Lui attribuer des associés (polythéisme).  Le musulman croit que Dieu est unique, qu’Il n’a point d’associés ni de progéniture et qu’il n’existe aucun intermédiaire entre l’homme et Dieu.  Nul ne mérite d’être adoré à part Dieu et Il ne peut être adoré que de manière exclusive.


 « Dis : « Il est Dieu, l’Unique.  Dieu, le Seul à être imploré pour ce que nous désirons.  Il n’a jamais engendré et n’a pas été engendré.  Et nul ne peut L’égaler. » (Coran 112)


 « Certes, Dieu ne pardonne pas qu’on Lui attribue des associés.  À part cela, Il pardonne à qui Il veut.  Quiconque attribue des associés à Dieu commet un énorme péché. » (Coran 4:48)

 


Il peut sembler étrange d’affirmer que Dieu est Miséricordieux et que l’islam est une religion de pardon, puis d’ajouter qu’il existe un péché que Dieu ne pardonne pas.  Mais il faut savoir que ce péché demeure impardonnable uniquement si la personne qui le commet meurt avant de s’en être repentie, ce qui signifie qu’elle peut s’en repentir durant toute sa vie et être pardonnée par Dieu dans la mesure où son repentir est sincère.

 

 

Le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit : « Dieu accepte le repentir de Son serviteur tant que le râlement de la mort n’a pas atteint sa gorge. »[1]  Il a également dit : « L’islam efface ce qui est venu avant lui (i.e. les péchés). »[2]


  Comme nous l’avons mentionné dans le premier article, il arrive assez souvent qu’une personne qui songe à embrasser l’islam hésite à le faire parce qu’elle a honte des nombreux péchés qu’elle a commis au cours de sa vie et elle se demande si Dieu les lui pardonnera.  Certaines personnes se demandent également si elles arriveront jamais à devenir de bonnes personnes avec le bagage de péchés qu’elles traînent derrière elles.


Embrasser l’islam et prononcer la shahada (attestation de foi, la ilaha illAllah, Muhammad rasooloullah[3]) efface les péchés passés, quels qu’ils soient.  La personne devient comme un nouveau-né, lavée de tous ses péchés.  On parle alors d’un nouveau départ; la personne n’est plus esclave de ses péchés et n’est plus hantée par eux. 


Quand la crainte du fardeau de ses péchés passés ne retient plus une personne, la décision d’embrasser l’islam devient facile à prendre.  Savoir que Dieu peut nous pardonner n’importe quoi est réconfortant.  Néanmoins, comprendre l’importance de n’adorer que Dieu de manière totalement exclusive est essentiel, car il s’agit là du fondement même de l’islam.


Dieu n’a créé les êtres humains que pour qu’ils L’adorent; il est donc très important de savoir préserver la pureté de notre adoration envers Lui.


 « Et suivez le meilleur de ce qui vous a été révélé par votre Seigneur avant que ne s’abatte subitement sur vous le châtiment, sans que vous l’ayez pressenti, et avant que telle âme ne dise : « Malheur à moi pour avoir négligé mes devoirs envers Dieu!  Car j’ai été, certes, parmi les railleurs. » (Coran 39:55-56)


Une fois qu’une personne a embrassé l’islam et compris le concept du monothéisme pur, il est temps, pour elle, d’en apprendre plus sur son nouveau mode de vie, de découvrir sa beauté inspirante et d’étudier la vie de tous les prophètes et messagers de Dieu, incluant celle du dernier d’entre eux, Mohammed.  Et si jamais Dieu décrète que la vie d’une personne venant tout juste de se convertir à l’islam se termine aussitôt après, cela doit être vu comme un signe de Sa miséricorde.  Comment pourrait-il en être autrement lorsque l’on sait que cette personne, après sa conversion, était aussi pure qu’un nouveau-né, sans aucun péché à son actif? 

 


Quand une personne songe à embrasser l’islam, les barrières et obstacles en tous genres qui semblent se dresser sur son chemin sont souvent des illusions créées de toutes pièces par le diable.  Il est clair qu’une fois qu’une personne a été choisie par Dieu pour être guidée sur la bonne voie, le diable fait tout en son pouvoir pour semer le doute dans l’esprit de cette personne afin qu’elle bifurque du droit chemin.  L’islam est un présent offert par Dieu; et, comme tout présent, il doit être accepté et ouvert pour que l’on puisse en apprécier pleinement la valeur.  L’islam est un mode de vie qui apporte un bonheur de chaque instant, ici-bas comme dans l’au-delà, et qui donne l’espoir d’une félicité éternelle.  Il n’y a pas d’autre divinité à part Dieu, le Seul et Unique, le Premier et le Dernier.  Bien Le connaître est la clef du succès et embrasser l’islam est le premier pas de notre cheminement vers l’au-delà.



Note de bas de page:

[1] At-Tirmidhi

[2] Sahih Mouslim

[3] J’atteste qu’il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah et que Mohammed est Son prophète et dernier messager.

Related Articles with Embrasser l’islam (partie 2 de 2) : La religion du pardon