F) Autres miracles divers

Site Team

 

 

F) Autres miracles divers
 
 
 
 
 
 
 
 
Les Evangiles citent différents miracles de Jésus comme la transformation de l’eau en vin (Voir Jean 2-7/9), le fait de donner à manger à des foules innombrables à partir de cinq pains (Voir Matthieu 14-19/21), la sécheresse du figuier (Voir Matthieu 21- 18/19). Le pape Athanase a consigné : « Qui a vu la transformation de la nature de l’eau et son changement en vin et ne comprend pas que celui qui a opéré cela est le maître de la nature des eaux et leur créateur?... Quand, ave cinq pains, il a rassasié cinq mille personnes et qu’une nourriture abondante est restée, n’a-t-il pas montré, par ce truchement, sa véritable nature, à savoir qu’il est le Dieu lui-même qui s’occupe de l’ensemble de ses créatures?[1]»
 
Les Chrétiens ne manquent pas de citer encore comme miracle la grande obscurité qui enveloppa la terre lors de sa prétendue crucifixion (Voir Matthieu 27/45) et qui ne laisse aucun doute qu’il est bien un Dieu et le Fils de Dieu. D’autres font remarquer l’obéissance que lui témoignent les vents et la mer et concluent qu’ils maîtrisent tous les éléments de la nature. Soudain une grande tempête s’éleva sur le lac si bien que les vagues recouvraient la barque. Mais Jésus dormait. Les disciples s’approchèrent de lui et le réveillèrent en criant : « Seigneur, sauve-nous ! Nous allons mourir!» Jésus leur répondit : « Pourquoi avez-vous peur ? Comme votre confiance est faible.» Alors, il se leva et parla sévèrement au vent et à l’eau du lac et il se fit un grand calme. Tous étaient remplis d’étonnement et disaient : « Quel genre d’homme est-ce pour que même le vent et les flots lui obéissent ? » (Matthieu 8-23/28). Devant de tels pouvoirs, se disaient-ils naïvement, comment une personne ne peut-elle pas croire que Jésus est Dieu. Certains rappellent qu’il a jeûné durant quarante jours et qu’il n’a ressenti aucune faim, ce qui est impossible pour les humains et cela constitue une autre preuve de sa déification. (Voir Matthieu 4-1/2). Il est encore monté au ciel et a pris place à la droite de Dieu et c’est là un privilège réservé à Jésus pour les attributs divins dont il est nanti et qu’aucun être humain n’a goûté.
 
Mais si Jésus a changé l’eau en vin (Voir Jean 2-7/9), Moïse modifié l’eau en sang, suivant l’ordre de Dieu : « Tu prendras de l’eau du Fleuve et la répandras à terre ; l’eau que tu auras prise du Fleuve deviendra du sang.» (L’Exode 4/9). Elisée a encore accompli des prodiges plus extraordinaires que ceux-ci. Il a rempli les récipients vides de la vieille dame d’huile : Elisée dit ; « Va emprunter des vases chez tous tes voisins, des vases vides, le plus que tu pourras, puis rentre, ferme la porte sur toi et sur tes fils et verse dans ces vases ; chaque vase, une fois rempli, tu le mettras de côté.» Elle le quitta, ferma la porte sur elle et sur ses fils. Ceux-ci lui présentaient les vases et elle versait. Quand les vases furent remplis, elle dit à son fils : « Présente-moi encore un vase!» Il lui répondit : « Il n’y a plus.» Alors l’huile cessa de couler. Elle vint informer l’homme de Dieu qui lui dit : « Va, vends l’huile et paie ta dette, ensuite tu vivras, toi ainsi que tes fils avec ce qui reste.» (Les Rois II 4-3/7). Si le Christ a donné à manger à cinq cent élèves à partir de cinq pains (Voir Matthieu 14-19/21), Dieu qu’il soit Glorifié et Exalté a fait nourrir les fils d’Israël – et ils étaient environ six cent mille (600.000) personnes- de la manne, pendant quarante ans. (Voir l’Exode 16-35/36). Si le figuier a séché parce que Jésus le lui a ordonné (Voir Matthieu 21-18/19), le bâton de Moïse s’est modifié en dragon (Voir l’Exode 7/9) et c’est plus fascinant que la sécheresse du figuier qui peut être soumis à la loi de la nature alors que la métamorphose du bâton en dragon ne peut être un phénomène physique normal : elle est tout simplement un véritable miracle.
 
La soit–disante obscurité provoquée suite la crucifixion de Jésus ne peut être - en aucun cas - plus sombre que celle qui s’est déroulée en Egypte pendant trois jours à l’occasion de la révolte des fils d’Israël contre Moïse. Moïse étendit sa main vers le ciel et, pendant trois jours il eut des nuages opaques sur tout le pays d’Egypte. Pendant trois jours, personne ne vit son frère, ni ne bougea de sa place. (L’Exode 10-22/23). De la même façon, lorsque Josué guerroyait contre les Amorites et que le sabbat allait commencer, il interpella son Seigneur et lui dit : Josué parla au Seigneur et dit en présence d’Israël « Soleil, arrête-toi sur Gabaon, lune, sur la vallée d’Ayyalôn. Et le soleil s’arrêta et la lune s’immobilisa jusqu’à ce que la nation se fût vengée…. Le soleil s’immobilisa au milieu des cieux et il ne se hâta pas de se coucher pendant près d’un jour entier.» (Josué 10-12/13). L’arrêt du soleil n’implique pas la déification de Josué. Cette halte du soleil est plus anormale que sa dissimulation pendant trois jours. Le soleil peut être voilé par les nuages et le phénomène est courant alors que la rotation de la terre sur elle-même est plus difficile à obtenir.
 
Le miracle accordé par Dieu au prophète Esaïe est encore plus fantastique. L’Omnipotent, sur imploration de Son prophète, a opéré une marche arrière au soleil afin de montrer au roi Ezékias l’authenticité des promesses célestes. (Voir Les Rois II 20-10/11).Le Siracide a dit à son sujet : De son temps le soleil rétrograda (Le Siracide 48/23). En dépit de tout cela, personne ne dit que Esaïe est Dieu. Si la nature a obéi à Jésus, elle s’est également soumise aux ordres des prophètes. Le feu a entendu puis exécuté le commandement du prophète Elie qui a clamé à l’intention d’un officier du roi : « Si je suis un homme de Dieu, que le feu descende du ciel et qu’il te dévore, toi et tes cinquante hommes.». Les eaux du fleuve, aussi, écoutèrent les ordres d’Elie : Alors Elie enleva son manteau, le roula et en frappa les eaux qui se séparèrent. Ils (Elisée et Elie) passèrent tous deux à pieds secs. (Les Rois II 2- 7/8)
 
Les exégètes du livre de l’Apocalypse nous parlent de deux lampes qui symbolisent Moïse et Elie : Ce sont les deux oliviers et les deux chandeliers qui se tiennent devant le Seigneur de la terre. Si quelqu’un veut leur nuire, un feu sort de leur bouche et dévore leurs ennemis. Oui, si quelqu’un voulait leur nuire, ainsi lui faudrait-il mourir. Ils ont le pouvoir de fermer le ciel, et nulle pluie n’arrose les jours de leur prophétie. Ils ont le pouvoir de changer l’eau en sang et de frapper la terre de sortes de fléaux autant qu’ils le voudront. (L’Apocalypse 11-4/6).
 
Son jeûne de quarante jours ne signifie pour autant qu’il est Dieu puisqu’à la fin : il eut faimet si son jeûne et sa patience prouvent qu’il est Dieu, sa faim va à l’encontre de l’idée de la déification et démontre, au contraire, qu’il est un être humain. Moïse s’est abstenu de manger et de boire pendant une période analogue : « Je suis resté sur la montagne quarante jours et quarante nuits sans manger de pain ni boire d’eau.» (Le Deutéronome 9/9). et Elie qui a pris une nourriture et qui après cela s’est privé d’aliments et de boissons :Fortifié par cette nourriture, Elie marcha quarante jours et quarante nuits jusqu’à la montagne de Dieu. (Les Rois I 19-4/6)
 
Les Chrétiens parlent de l’Ascension de Jésus au ciel et insistent sur le fait qu’il s’est installé à la droite de Dieu, il leur sera alors rétorqué qu’Elie a connu le même sort sans qu’il soit crucifié, giflé ou insulté. (Voir les Rois II 2-11/12). Hénok a été enlevé par Dieu. (Voir la Genèse 5/24) L’Eglise a ajouté dans l’Evangile de Marc l’idée que Jésus s’est assis à la droite de Dieu (Voir Marc 16/19). Ce concept ne peut être réel, il symbolise la place importante du Messie auprès du Créateur. On retrouve le même avis dans ce verset exposé par le prophète Michée dans le livre des Chroniques : «J’ai vu le Seigneur assis sur son trône et toute l’armée des cieux debout à sa droite et à sa gauche.» (Les Chroniques II 18/18)
 
------------------------
 
[1]) La personnification du Verbe du pape Athanase – Page : 53 ;

 

Related Articles with F) Autres miracles divers