F) Le fils descendu du ciel

Site Team

 

F) Le fils descendu du ciel :

Les Chrétiens qui déifient Jésus s’accrochent à ce que les Evangiles ont dit à ce sujet qu’il est venu du ciel ou encore plus haut. « Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tous.» (Jean 3/31)Ils croient voir sa resplendissante image dans ses propres paroles : « Vous êtes d’en bas mais moi je viens d’en haut. Vous appartenez à ce monde mais moi je n’appartiens pas à ce monde.» (Jean 8/23) Ces passages expriment – d’après les croyances des Chrétiens – qu’il est un être divin unique et un fils qui ne ressemble en rien aux autres fils. Mais ce qui provient du ciel, ne sont pas les individus, ce sont les dons et les lois que ces mêmes personnages sont tenus de transmettre. C’est d’ailleurs un fait général pour tous les messagers célestes, sans exception. Sur ce point précis, Jésus interrogea les Juifs sur Jean Baptiste : « Les baptêmes de Jean, d’où venaient-ils ? Du ciel ou des hommes?» Ils raisonnèrent en eux-mêmes « Si nous disons du ciel, il nous dira pourquoi donc n’avez-vous pas cru en lui ? Et si nous disons des hommes, nous devons redouter la foule… » (Matthieu 21-25/26)

Les êtres qui descendent du ciel sont nombreux et pourtant les Chrétiens ne les tiennent pas pour des dieux. Parmi ces derniers, figurent les anges : « L’ange du Seigneur descendit du ciel… » (Matthieu 28/2) Il en est de même pour Hénok qui monta au ciel : « Ayant suivi les voies de Dieu, Hénok disparut car Dieu l’avait enlevé. » (La Genèse 5/24)Il est bien connu que : « nul n’est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme. » (Jean 3/13)Hénok qui est monté au ciel, n’est pas un dieu à leurs yeux. Elie connut le même sort: « Un char de feu et des chevaux de feu les[1] séparèrent l’un de l’autre; Elie monta au ciel dans la tempête. » (Les Rois (II) 2/11).Les Evangiles répandent que les apôtres sont nés d’en haut ou de Dieu. Cette notion implique qu’ils sont croyants en lui : « Mais ceux qui l’ont reçu, à ceux qui croient en son nom, il a donné le pouvoir de devenir des enfants de Dieu. » (Jean 1/12). La naissance, ici, suppose la naissance spirituelle, elle s’opère au moment du repentir, vrai et définitif, et de la foi.Le cœur perverti de l’homme subit alors un grand changement, parfait et ininterrompu, comme s’il venait de renaître. Les croyants en Jésus sont nés d’en haut pour la foi qu’il leur a prodiguée. Ils ressemblent à tous les autres croyants, comme l’a remarqué Jésus : « En vérité, en vérité, je te le dis : à moins de naître de nouveau, nul ne peut voir le Royaume des cieux.» (Jean 3/3).Il a déclaré : « Mais celui qui garde sa parole en lui, vraiment, l’amour de Dieu est accompli. » (Jean (I) 2/5)Et enfin il a précisé : « Tout homme qui fait ce qui est juste est enfant de Dieu. » (Jean (I) 2/29)

La remarque du Messie : « Je ne suis pas de ce monde.»n’est pas une preuve de sa déification. Il voulait dire qu’il était différent des autres hommes car il se dressait au-dessus du monde matériel et encore plus haut que les vanités de ce monde derrière lesquelles toutes les gens courent, avec une surexcitation sans pareille. Il a affirmé la même idée à l’encontre de ses apôtres lorsqu’il a constaté qu’ils aimaient l’Autre Monde et qu’ils se détournaient de ce monde éphémère : « Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui lui appartiendrait; mais vous n’êtes pas du monde, c’est moi qui vous ai mis à part du monde et voilà pourquoi le monde vous hait. »(Jean 15/19). Dans  un autre passage, il a répété à leur sujet : « Je leur ai donné ta parole et le monde les a hais, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme je ne suis pas du monde. » (Jean17-14/15). Il a attesté la même observation pour lui-même et pour ses disciples, à savoir qu’ils ne sont pas tous de ce monde. Si tout ce qui précède est au sens propre et est nécessaire pour sa déification, ses apôtres sont également des dieux. Jésus employait souvent des paraboles : ’je ne suis pas du monde’ signifie qu’il ne vit pour ce monde qui ne l’intéresse pas, son but principal étant d’obtenir la satisfaction divine et gagner une place au Paradis.

 


[1]) Elie était en route avec son fils Elisée vers la ville de Jéricho. (TOB) –Page 430

Related Articles with F) Le fils descendu du ciel