Hafsah : l’histoire de ma conversion

Site Team

Tout a commencé le jour où j’ai rencontré celui qui allait devenir mon époux, puis mon ex-époux. A l’époque il était un musulman non pratiquant, un musulman par hérédité pourrait-on dire (maintenant par la grâce d’Allah il est pratiquant). Nous nous sommes mariés trois mois après notre rencontre. Il ne me disait rien au sujet de l’Islam ou très peu et pas vraiment l’essentiel, c’est lorsque nous rendions visite à nos amis et que je m’asseyais avec les épouses des amis de mon époux que j’entendais parler de l’Islam. Ma première réaction fut de dire que l’Islam ne m’intéressait en aucun cas et que je ne voulais pas en entendre parler. Pour situer un peu mon origine socioculturelle, il est bon de dire que j'ai été élevée par ma belle-mère qui était une féministe engagée, je voyais donc l’Islam comme un outil au service de l’oppression des femmes (vous l’aurez compris, ce point de vue était issu d’un manque de connaissance au sujet de l’Islam et d’un lavage de cerveau intensif). J’étais à vrai dire assez rude avec les femmes de confession musulmane et je ne cessais de vouloir les convaincre de s’habiller comme j’estimais à l’époque être la meilleure manière de s’habiller pour une femme en Amérique. Je les poussais à s’habiller le plus court possible sous prétexte que la chaleur ne pouvait leur permettre de respirer.

Combien j’ai pu être odieuse ! Les épouses de nos amis furent très patientes avec moi et malgré le mépris que je montrais envers tout ce qui pouvait se rapporter à l’Islam, elles n’avaient de cesse de m’en parler sans jamais s’énerver. Devenir musulmane était alors la dernière des choses envisageables.

L’une des femmes qui avaient l’habitude de me parler d’Islam déménagea et durant une longue période je n’entendais plus rien à ce sujet jusqu’au jour où mon beau-frère (de l’époque) vint habiter avec nous. Il me demanda si je voulais qu’il m’apprenne deux ou trois choses sur l’Islam, je lui répondis qu’il était hors de question que j’embrasse l’Islam ; toutefois, je lui dis que s’il avait des livres parlant de l’Islam, je pouvais envisager la possibilité d’y jeter un coup d’œil.

Il me donna un exemplaire du Noble Coran traduit en anglais. Il resta dans ma bibliothèque au moins huit mois sans que je ne l’approche. J’étais profondément convaincue que tant que j’étais une personne bonne qui ne faisait aucun mal à personne, j’allais tout simplement mourir et aller au Paradis, pour moi je n’avais pas besoin d’être musulmane.

 

Maintenant je sais que d’être bon envers les autres ne suffit pas, disons par exemple qu’une personne fasse du bien à une autre simplement pour que l’on dise d’elle qu’elle est généreuse, comment peut-on qualifier cette action de bonne ? Faire du bien n'est une bonne action que si elle a été accomplie pour plaire à Allah, car c’est là l’essence de notre vie : adorer Allah ; un acte de bienfaisance effectué envers une tierce personne ne peut être considérée comme un acte d’adoration que dans cette optique. Nous devons faire notre maximum pour plaire à Allah et c’est seulement de cette manière que nous pourrons, par Sa miséricorde, être admis au Paradis. Allah récompense et punit les hommes en fonction de leurs actions. A présent je suis persuadée que l’Islam est l’ultime révélation divine, que l’Islam fut révélé au Prophète Mohammed (qui fut annoncé par Jésus dans l’Evangile) et que ce dernier fut chargé de transmettre le message au reste de l’humanité.

 

Avant ma conversion, mon ex-beau-frère avait emprunté quelques vidéos auprès de ses amis, vidéos sur l’Islam bien sûr. Un jour alors que j’étais dans le salon, il vint me voir et me demanda si je voulais regarder l’une de ces vidéos sur l’Islam. Je lui répondis pourquoi pas et ainsi je découvris Ahmed Deedat. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Ahmed Deedat, était un grand conférencier, il est surtout connu pour ses nombreux débats avec des représentants du christianisme. Après le visionnage de cette vidéo je devins curieuse au sujet de l’Islam. Je pris donc la traduction du Noble Coran que m’avais donnée mon ex-beau-frère et commençai à la lire. Je ne pouvais la poser, elle m’obsédait. Je me dis que ce livre ne pouvait être autre chose qu’un message divin, que le Noble Coran était le Livre d’Allah et que donc l’Islam était la Vérité venant du Créateur suprême. Les mois qui suivirent, pas moins de sept, furent passés à l’étude de l’Islam, je lisais tout ce qui me passait entre les mains et mes temps d’internet furent consacrés uniquement à la recherche de sites d’information sur l’Islam. A l’époque j’étais encore étudiante à l’université, je m’y rendais uniquement pour avoir accès à la salle internet où j’ai imprimé des centaines de pages. Je voulais devenir musulmane mais avait une telle appréhension du jugement des autres que j’hésitais. Je restais dans cette situation durant un an.

La raison principale de mon hésitation était, je l’ai dit plus haut, la peur du regard des autres et plus particulièrement du regard des membres de ma famille. J’étais certaine que la réaction de ma famille ne serait pas positive et assurément elle ne le fut pas. Le 4 juillet 1997, je pris mon courage à deux mains et annonçai à ma famille mon intention de me convertir à l’Islam. Le choc fut terrible, ils crièrent et s’agitèrent dans tous les sens en me donnant tous des noms d’oiseaux. Je devins alors la personne la plus stupide et ridicule qu’ils connaissaient. Ils me dirent qu’ils devaient passer en priorité devant quiconque, car ce sont eux qui m’avaient créée, ma religion est mon Dieu devaient passer après eux. Que Dieu les pardonne. Mon père et son épouse (qui n’est pas ma mère) ne croient pas en Dieu. Ils essayèrent de me rendre la vie dure, ils refusèrent de me voir tant que je persisterais sur ce chemin. Pour moi la religion était ma priorité, mes parents ne pouvant rien pour moi le Jour du Jugement et rien non plus contre les flammes de l’Enfer, seul Allah pourrait me sauver. Durant les trois premières années qui suivirent ma conversion je ne vis mes parents que trois fois.

Je peux vous dire par expérience que la plupart des parents finissent par accepter plutôt facilement l’idée d’une conversion. Le début de ma conversion fut de ce point vue assez agité mais avec le temps tout s’arrange, petit à petit mon père et ma belle-mère reprirent contact avec moi, ils dînent à présent chez moi assez régulièrement. De l’autre côté ma mère naturelle est plutôt compréhensive, elle n’a jamais eu de problème avec l’idée que j’embrasse l’Islam. Lors de ma conversion j’ai passé beaucoup de temps avec elle pour lui expliquer les croyances et valeurs islamiques, je lui ai aussi beaucoup parlé du Prophète Mohammed () je lui ai parlé de la concordance des différents messages. Je lui ai montré la traduction du Noble Coran, particulièrement les versets qui font allusion aux miracles scientifiques. Ma mère fut assez contente pour moi. Voici l’un des passages que je lui ai montrés, car pour moi il est extraordinaire : « Ceux qui ont mécru, n'ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte ? Ensuite Nous les avons séparés et fait de l'eau toute chose vivante. Ne croiront-ils donc pas ? Et Nous avons placé des montagnes fermes dans la terre, afin qu'elle ne s'ébranle pas en les [entraînant]. Et Nous y avons placé des défilés servant de chemins afin qu'ils se guident. Et Nous avons fait du ciel un toit protégé. Et cependant ils se détournent de ses merveilles. Et c'est Lui qui a créé la nuit et le jour, le soleil et la lune, chacun voguant dans une orbite. » (Coran 20/31).

Ces versets sont encore plus extraordinaires lorsqu’ils sont récités en arabe et que l’on comprend cette langue. La langue arabe est la langue dans laquelle le Noble Coran fut révélé. La langue anglaise n’est qu’un vecteur du sens des versets, dans la version que je possède se trouve les textes arabe et anglais. On y trouve des versets hallucinants ! Certaines connaissances scientifiques dont la découverte est récente sont abordées dans ce Livre ! On y parle par exemple des montagnes et de leur rôle dans la stabilité de la Terre, c’est un fait scientifique prouvé et incontestable. Le fait que chaque astre céleste vogue dans sa propre orbite est mentionné. L’alternance du jour et de la nuit. Autant de faits scientifiques décrit il y a plus de 1400 ans !

J’ai aussi montré à ma mère les nombreux versets parlant du développement du fœtus et du passage où il est mentionné comment le fœtus est protégé à travers « Les trois coiffes (voiles) de ténèbres », ces derniers pouvant faire référence à la paroi abdominale antérieure, la paroi utérine et la membrane amniochorionique.

 

Je dois vous avouer à présent que l’Islam m'apporte paix et tranquillité dans ma vie, un état que je n’avais pas connu auparavant. Aujourd’hui j’ai d’autres buts, ma vie n’est plus seulement cette routine consistant à se lever chaque jour pour se coucher à la fin de la journée.

Combien d’entre nous sont enfermés dans ce genre de routine, se lever pour aller au travail puis retour à la maison pour manger et dormir jusqu’au lendemain matin pour recommencer à nouveau encore et encore jusqu’à la mort ? Maintenant en tant que musulmane j’ai réalisé que le but de la vie était d’adorer Allah et uniquement Lui, le seul Dieu, le Créateur. Nous L’adorons et nous L’aimons, nous Le remercions pour tous les bienfaits dont Il nous fait don et espérons pouvoir entrer dans Son Paradis. Donc au lieu de me lever pour travailler et espérer que ce travail m’apporte joie et bonheur, ce qui revient à courir derrière un rêve impossible, je passe mon temps à étudier ma religion à comprendre comment je peux satisfaire Dieu et me conformer à Ses ordres.

Comme il est bon de connaître le véritable sens de la vie ! Combien il est bon d’en jouir au quotidien !  

Related Articles with Hafsah : l’histoire de ma conversion