Jamal Jordan, ex-chrétien, États-Unis

Site Team

Je m’appelle Jamal Jordan.  Je suis né et j’ai grandi en Caroline du Sud, aux États-Unis.  J’ai été élevé en tant que chrétien de dénomination baptiste et j’étais un fervent chrétien jusqu’à il y a un mois, quand j’ai décidé de me convertir à l’islam.


Avec ma famille, j’habite en Caroline du Sud, dans cette région communément appelée la « Bible Belt » (Ceinture de la Bible).  Comme son nom le laisse deviner, il s’agit d’une région à forte prédominance chrétienne.  Il y a des églises partout et elles organisent régulièrement divers événements et repas communautaires.  Presque toute la communauté, ici, est chrétienne.  Il va donc sans dire qu’ayant été élevé dans ce milieu, j’ai adopté les croyances chrétiennes sans jamais vraiment les remettre en question.  J’aimais beaucoup l’église.  Je faisais partie d’un groupe local de jeunes chrétiens et d’un chœur.  J’assistais régulièrement à des conférences sur le leadership et autres séminaires du genre et on finit par me confier un poste de leadership au sein du groupe de jeunes chrétiens rattaché à mon église.  Nous organisions souvent des missions au sein de quartiers défavorisés pour « répandre la bonne nouvelle » et bâtir de nouvelles églises.  Je me considérais chanceux et fier d’être chrétien et de n’être pas né au sein d’une autre religion.  Comme je me trompais, sachant maintenant que nous naissons tous musulmans!


Ce qui m’amène à cette religion qu’est l’islam.  Pendant ma jeunesse, je ne connaissais rien de l’islam, à part le fait que les musulmans appelaient Dieu « Allah » et qu’ils suivaient l’exemple d’un homme appelé Mohammed.  Et mon premier vrai contact avec l’islam eut lieu… le 11 septembre 2001, par l’entremise des médias.  Je me souviens mon père me disant, ce jour-là : « les musulmans sont tes ennemis ».  Honnêtement, je ne savais trop qu’en penser, mais je me promis d’éviter l’islam à tout prix.  Peu de temps après, une famille musulmane vint s’installer dans notre coin, en provenance de Jordanie.  Je me liai d’amitié avec le garçon de la famille, qui avait mon âge, et dont je fis la connaissance à l’école, alors que nous suivions le même cours.  Lorsqu’il me dit qu’il était musulman, je fus intrigué et lui posai quelques questions.  C’est alors que je découvris qu’au niveau des croyances, les musulmans ne sont pas si différents des chrétiens.  Cette révélation augmenta ma curiosité, mais pas au point de me plonger dans une étude approfondie de l’islam.


Un jour, alors que j’étais en déplacement pour me rendre à une conférence chrétienne, j’entamai une discussion sur l’islam avec un ami qui m’accompagnait et celui-ci m’avoua son désir de lire le Coran afin de constater son contenu par lui-même.  Je lui dis que j’étais tout à fait d’accord avec lui.  Alors que j’étais assis dans la salle de conférence, je réfléchissais à un moyen de convertir mon ami musulman au christianisme.  J’en arrivai à la conclusion que je devais d’abord établir une bonne amitié avec lui et que les choses s’enchaîneraient naturellement à partir de là.  C’est ainsi que, pendant quelque temps, j’appliquai ce plan, jusqu’au jour où je me rendis à la bibliothèque de l’école.  J’y vis un livre intitulé « Les enseignements et croyances de base de l’islam » et l’empruntai.  Plus tard, chez moi, lorsque je le lus, je demeurai un peu stupéfait.  C’était comme s’il y avait quelque chose, en moi, qui voulait à tout prix que je croie à ce que je lisais.  Car, pour être honnête, tout ce que je lisais était parfaitement sensé.  J’en appris davantage sur les prophètes (puisse Dieu les louer tous) et sur la biographie de Mohammed (puisse Dieu le louer).  Le livre illustrait, par ailleurs, la façon de prier des musulmans et je trouvai cela très beau.  Le soir même, je fis des recherches sur l’internet et lus tout ce que je pus sur l’islam.  Et même si j’étais toujours chrétien, chaque fois que je lisais des articles sur www.answering-christianity.org et que j’écoutais des débats entre chrétiens et musulmans, je me surprenais à toujours pencher du côté des musulmans.  Voilà, j’étais convaincu que l’islam était la vérité, mais je ressentais encore le besoin d’approfondir mes connaissances sur le sujet.  J’étudiai tout ce que je pus, sur l’islam, durant près de 6 mois.  Et j’étudiai chaque sujet au moins deux fois.


Au cinquième de ces 6 mois, j’étais, essentiellement, déjà musulman.  Je savais accomplir la prière en arabe, j’avais déjà mémorisé 4 sourates du Coran et je possédais trois traductions différentes du Coran.  Mais j’étais aux prises avec un problème d’identité.  Puis, un jour, finalement, je rassemblai suffisamment de courage pour me rendre sur l’internet et me convertir en ligne par l’intermédiaire du site « Chat islam online ».  Alhamdoulillah (toutes les louanges et les remerciements vont à Dieu), ce fut un moment extraordinaire!  La sœur (musulmane) qui m’aida à me convertir était très gentille et serviable et elle m’envoya des informations supplémentaires qui me furent très utiles.  Le lendemain, j’annonçai la nouvelle à mon ami musulman et il se montra incroyablement heureux et enthousiaste.


  Il me souhaita la bienvenue en tant que frère en islam et m’offrit même un tapis de prière.  Allah me facilita cette conversion et, pour cela, je Lui suis très reconnaissant.


Il n’y a qu’un seul problème que je n’ai toujours pas réglé : je pratique l’islam en secret.  Je n’ai que 16 ans et je vis toujours sous la tutelle de mes parents.  Je crains qu’ils ne s’en prennent à moi s’ils découvrent que je me suis converti à l’islam, sans mentionner le fait que je serais probablement ostracisé et peut-être même renié.  Mais j’ai confiance en Dieu et je sais qu’Il me guidera et me protègera.


Quiconque souhaite se convertir à l’islam et se trouve dans une situation similaire devrait avoir la même foi, la même certitude que Dieu l’aidera s’il se convertit malgré tout.  J’espère que mon histoire pourra servir à quiconque souhaite devenir musulman

Related Articles with Jamal Jordan, ex-chrétien, États-Unis