JONAS (YOUNAS)

Site Team

JONAS (YOUNAS)

Jonas est considéré comme un Prophète par la Bible (II Rois.14).Son histoire est consignée en totalité dans le Livre de Jonas. Le récit biblique présente beaucoup de similitudes avec le Coran. Jonas désirait se réfugier à Tarsis pour éviter d’aller prêcher à Ninive, selon le Décret du Seigneur. Le bateau sur lequel il s’embarqua fut pris dans la tempête et les marins convinrent de le jeter par dessus bord, pour réduire sa charge. Après avoir été avalé par un poisson, il fut rejeté  et échoua sur une côte. Là, il reçut pour la deuxième fois l'ordre d'aller faire entendre le Message divin aux habitants de Ninive. Cependant, lorsqu'il constata que Dieu renonçait à punir les Ninivites  qui étaient pourtant repentants, il prit fort mal la chose et se mit en colère contre Lui. Il lui reprocha Sa bonté, Sa bienveillance et Sa compassion ! (Jonas 1 à 4).

 

 

Le récit coranique est succinct et d’une ligne plus orthodoxe : chargé de porter le Message divin aux habitants de Ninive,   le Prophète Younas s'enfuit à bord d'une embarcation, mais  le mauvais temps obligea les passagers à alléger le bateau et  le sort le choisit pour être précipité par dessus bord. « Il s’enfuit dans un vaisseau surchargé. On tira au sort et il fut désigné à être jeté à la mer. » (Coran 37. 141) Malgré sa situation, Younas ne cessa de célébrer les Louanges de Dieu et fut rejeté sur la terre ferme. « Nous l’envoyâmes ensuite vers une communauté de cent mille âmes ou davantage. Ils crurent en Dieu ; Nous leur fîmes jouir de la vie paisible pendant un certain temps encore. » (Coran 37. 139 à 148). Jonas est considéré comme un Prophète aussi bien par le Judéo-christianisme, que par l’Islam.

 

 Le nom de la ville en question n’est pas précisé dans le Coran, cependant les commentateurs  s'accordent à dire qu'il s’agit bien  de  Ninive, citée par la Bible, ancienne ville d'Assyrie sur le Tigre, située près de l’actuelle Mossoul, au nord de l’Irak. Les ruines de Ninive existent encore à Quyundjik et Nabi Yunus (traduction littérale : Prophète Younas). C’était une grande ville (cent mille habitants ou plus), capitale de l’empire assyrien sous Shams­hi Adad 1er, dont la splendeur était réputée. Le Coran précise : «  Ils se convertirent et Nous leur fîmes jouir d'une vie paisible pour un certain temps encore. »

 

 

Effectivement, ils adoptèrent l’enseignement professé par Younas et vécurent dans la quiétude.  La référence à la période de temps limitée  qui leur a été accordée a été confirmée par les faits, puisque  la mission de Jonas se serait déroulée au 8ième  siècle avant l'ère chrétienne, avec le succès que lui reconnaît le Livre Sacré des Musulmans, mais un siècle plus tard, la ville fut complètement détruite et rasée par les Mèdes, alliés aux Babyloniens (612 avant l'ère chrétienne).  La thèse coranique a donc été confortée par les recherches historiques effectuées treize siècles plus tard et qui concluent à la destruction de cette ville par ses ennemis, confirmant de fait que « la vie paisible accordée à ses citoyens » ne le fut que pour un temps limité.

 

 

L’histoire tient le dernier roi de Ninive, Assurbanipal, pour un tyran efféminé, plus préoccupé par les plaisirs de la vie mondaine que  par les affaires du pays et de son peuple. Il aurait combattu son frère Shamash Shumukin, roi de Babylone, qu'il accula au suicide. La légende reste cependant entourée de mystère confondant parfois les deux frères. Une certitude toutefois est acquise : la dissolution des mœurs fut suivie par la dévastation de Ninive un peu plus d'un siècle après la mission de Younas, conformément aux révélations coraniques. 

 

 

Contrairement à la Bible,  le Coran se félicite de la foi sincère des Ninivites qui se mirent à adorer le Seigneur dès qu'ils eurent communication du Message  divin. Avant cela, ils rendaient un culte dévoyé aux ignobles idoles, dont les noms étaient Assur, dieu national, Marduk, dieu agraire babylonien dont l'influence se faisait sentir à Ninive et Dagan, dieu de la fertilité, hérité des Sémites, à travers les Philistins. Le Coran,  précise à ce sujet : « Que ne s’est-il trouvé une cité qui ait cru et à qui sa foi ait servi, à l’image du peuple de Younas. Quand ils crurent, Nous écartâmes d'eux un châtiment douloureux qui les menaçait et les laissâmes jouir de la vie pour un certain temps. » (Coran 10. 98). Il en fut ainsi effectivement, conformément aux prédictions coraniques.

Related Articles with JONAS (YOUNAS)

  • HENOK (IDRISS)

    Site Team

      HENOK (IDRISS) En évoquant le Prophète Idriss à la suite de Jonas, 

    05/10/2011 539
  • Les preuves de l’existence de Dieu

    Site Team

    Les bienfaits de Dieu dans l’univers : Dieu a créé et a asservi cet univers pour nous,

    17/10/2009 7858
  • ELISEE (ALYASSA)

    Site Team

    ELISEE (ALYASSA) Elisée (Alyassa) est lui aussi un Prophète biblique. Il a été

    04/12/2010 1494