Juger quelqu’un de mécréant nécessite une preuve indiscutable

Site Team

La foi et la mécréance sont deux notions et deux jugements que seul Allah (c) a le droit d’émettre. En conséquence, personne ne mérite d’être considéré mécréant à moins qu’il ne commette lui-même un acte qui le prouve clairement.

Les hommes sur terre se divisent ni plus ni moins en deux catégories : croyants et mécréants

Allah (c) a dit

C’est Lui qui vous a créés. Parmi vous il y a mécréant et croyant. Allah observe parfaitement ce que vous faites

S. 64, v. 2

Les jugements relatifs à ces deux catégories sont [uniquement] ce qu’Allah (c) a fait descendre dans Son livre et dans la Sunna de Son Prophète (m).

Quant aux hypocrites, ce sont ou bien des mécréants qui dissimulent leur mécréance et affichent la foi, comme ceux qui affichent la foi en Allah (b), en Son livre et en Son Messager (m) alors que dans leur for intérieur, ils renient cela. C’est ce qu’on appelle l’hypocrisie majeure.

Ou alors ce sont des musulmans qui dissimulent la désobéissance et affichent l’obéissance, comme ceux qui affichent la loyauté et dissimulent la trahison ou ceux qui affichent la franchise et dissimulent le contraire. C’est ce qu’on appelle l’hypocrisie mineure.

Aussi, on se comporte avec l’hypocrite en se basant sur ce qui apparaît de lui, de la même manière que l’on se comporte avec le musulman.

A l’origine (ou par défaut), les biens et la vie du musulman sont sacrés alors que pour les mécréants, c’est l’inverse. Ceci étant, ce n’est pas vrai dans l’absolu. Il est en effet possible que le mécréant soit rendu intouchable par un accord, une protection ou par le fait qu’il soit des gens du Livre qui vivent au voisinage ou sous la majorité musulmane (« Dhimmî »). De même, le croyant peut et doit dans certains cas être tué pour un péché qu’il aurait commis, tel que le meurtre ou l’adultère.

Par ailleurs, on ne considère mécréant que celui qu’Allah (b) et son Prophète (m) ont considéré comme tel, comme par exemple :

- Ceux qui démentent ouvertement Allah (c) ou Son Messager (m).

- Ceux qui se moquent d’eux.

Allah a dit

Dis : « Est-ce d’Allah, de Ses versets (le Coran) et de Son messager que vous vous moquiez ? » Ne vous excusez pas : vous avez bel et bien mécru après avoir cru. Si Nous pardonnons à une partie des vôtres, Nous en châtierons une autre pour avoir été des criminels

S. 9, v. 65-66

- Ceux qui s’entêtent et refusent de s’y soumettre.

- Ceux qui contestent une loi islamique avérée sans le moindre doute.

- Ceux qui forgent un mensonge sur Allah

Allah a dit

Seuls forgent le mensonge ceux qui ne croient pas aux versets d’Allah ; et tels sont les menteurs

S. 16, v. 105

Et quel pire injuste que celui qui invente un mensonge contre Allah, ou qui dément la Vérité quand elle lui parvient. N’est-ce pas dans l’enfer qu’il y a une demeure pour les mécréants

S. 29, v. 68

La qualification de « pire injuste » mentionné dans le verset a été expliquée par la mécréance.

- Ceux qui détournent quelque adoration pour autre qu’Allah

« Et quiconque invoque avec Allah une autre divinité, sans avoir la preuve évidente {de son existence}, aura à en rendre compte à son Seigneur. En vérité, les mécréants, ne réussiront pas[5]. »

Que cette adoration soit exclusivement réservée à autre qu’Allah (c), ou que des divinités soient prises comme intermédiaire, tout ceci est de la mécréance.

Allah a dit à ce sujet

Ils adorent au lieu d’Allah ce qui ne peut ni leur nuire ni leur profiter et disent : ceux-ci sont nos intercesseurs auprès d’Allah. Dis : informerez-vous Allah de ce qu’Il ne connait pas dans les cieux et sur la terre. Pureté à Lui, Il est très Elevé au-dessus de ce qu’ils Lui associent. »

S. 10, v. 18

- Ceux qui attribuent à une créature un droit exclusivement réservé à Allah (c) – tel que le droit exclusif d’Allah de légiférer et de juger – et se permettent donc d’autoriser et d’interdire. En fait, Allah a caractérisé l’attribution du droit de légiférer et de juger par le terme « adoration ». I

Il a ainsi dit

Le jugement n’appartient qu’à Allah ; Il vous a commandé de n’adorer que Lui

S. 12, v. 40

- Ceux qui prétendent qu’un autre qu’Allah connaît l’invisible, comme ceux qui pratiquent la sorcellerie et l’astrologie.

Allah a dit à cet effet

Dis : Nul de ceux qui sont dans les cieux et sur la terre ne connait l’Inconnaissable, à part Allah

S. 27, v. 65

- Ceux qui prétendent créer et avoir une influence sur l’univers, la vie et la mort,

Allah a dit

Ou donnent-ils à Allah des associés qui créent comme Sa création au point que les deux créations se soient confondues à eux ? Dis : « Allah est le Créateur de toute chose, et c’est Lui l’Unique, le Dominateur Suprême

S. 13, v. 16

- De même celui qui prend les mécréants pour alliés en dehors des croyants, par amour et en les supportant.

Allah a dit

Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs]. »

S. 5, v. 51

- Par ailleurs, ceux qui ont la possibilité de connaître l’Islam puis le délaissent et s’en détournent de plein gré sont jugés mécréants, bien qu’ils soient en réalité ignorants. En fait, leur ignorance pouvait être effacée mais ils se refusent à le faire.

Allah dit d’ailleurs au sujet des polythéistes

Mais la plupart d’entre eux ne connaissent pas la vérité puisqu’ils s’en écartent

S. 21, v. 24

Il a donc affirmé qu’ils étaient ignorants mais de leur propre volonté.

Et Il a dit

Ceux qui ont mécru se détournent de ce dont ils ont été avertis

S. 46, v. 3.

En outre, le fait que l’homme n’ait pas connaissance de la vérité en détails – à cause de son détournement d’elle quand il l’entend – n’est pas une excuse. D’ailleurs, l’égarement des peuples est en majorité du à cette attitude : ils entendent un bout de la vérité puis ils se détournent de ses détails, faisant semblant de les ignorer ou de ne pas les comprendre.

Du reste, l’absence de préoccupation pour les signes de perfection de la création et de la législation est une caractéristique de la plupart des mécréants.

Allah a dit à leur sujet

Et dans les cieux et sur la terre, que de signes auprès desquels les gens passent, en s’en détournant

S. 12, v. 105

Au contraire, Nous leur avons donné leur rappel. Mais ils s’en détournent

S. 23, v. 71

Aussi, se détourner en connaissant un bout de la vérité n’annule pas les droits des gens les uns envers les autres[1], comment pourrait-il donc annuler celui d’Allah (c) ?

Si l’esprit ne s’arrête pas sur les signes pour les méditer, il échappe à certains des objectifs qui les sous-tendent, d’une manière proportionnelle à sa précipitation à s’en détourner. Il n’en profitera donc pas, même si la preuve est éclatante de force, et perceptible quotidiennement.

Et Nous avons fait du ciel un toit protégé. Et cependant ils se détournent de ses merveilles

S. 21, v. 32

L’homme se trompe s’il pense qu’en se détournant des détails de la vérité, les laissant derrière lui, il sera exempté de ses conséquences.

En général, la cause du détournement est soit l’orgueil soit l’occupation dans les loisirs et la jouissance. C’est pour cela que quand une catastrophe s’abat sur les personnes qui se détournent, cela ôte leur orgueil ou leur fait perdre tout plaisir, et les amène dès lors à voir la vérité et y retourner.

references

[1] NdR : nous connaissons tous le principe de droit français : « Nul n’est supposé ignorer la loi ». Celui-ci montre que l’ignorance du droit d’une personne ou d’une entité n’annule pas le fait de s’en acquitter ; principe clairement évident chez les gens de la magistrature ; principe qui s’applique également vis-à-vis d’Allah.


Related Articles with Juger quelqu’un de mécréant nécessite une preuve indiscutable