L’adoration en islam (partie 2 de 3): Les formes manifestes d’adoration

Site Team

Les formes manifestes d’adoration

À cause de la façon dont elles ont évolué, certaines religions, à travers l’histoire, ont accordé plus d’importance à l’adoration secrète, intérieure, rejetant complètement ou partiellement les formes manifestes d’adoration, tandis que d’autres religions ont attaché plus d’importance aux rituels et aux actes concrets, négligeant l’importance de la foi intérieure.  Comme nous l’avons mentionné déjà, il n’y a pas, en islam, de séparation entre l’adoration secrète et l’adoration manifeste : la croyance profonde engendre, ou du moins devrait engendrer, des actes qui en sont le reflet, tandis que les actes eux-mêmes provoquent des effets qui se répercutent sur le cœur d’une personne.  Il est clair qu’il existe un lien entre le moi profond et les actions d’une personne, chacun influençant l’autre.  Les intentions mènent à des attitudes et à des actions analogues.  On juge d’ailleurs souvent l’état d’âme d’une personne par son attitude ou son apparence extérieure, ou par l’expression de son visage.  Inversement, si une personne s’adonne à certaines activités ou démontre une certaine attitude, il en résultera un état d’esprit équivalent.

Les actes d’adoration que le musulman accomplit pour Dieu découlent de sa croyance.  C’est pour cette raison que l’islam exige de ses fidèles que non seulement ils croient aux vérités ultimes contenues dans sa doctrine, mais que leur croyance en Dieu se manifeste dans leurs actions.  Avoir certaines croyances ne suffit pas à garantir le salut d’une personne; les actes sont essentiels pour assurer la réussite d’une personne, ici-bas comme dans l’au-delà.

Dieu a ordonné aux musulmans de remplir certaines obligations au cours de leur vie, telles que contenues dans les cinq piliers de l’islam.  Certaines sont quotidiennes, comme la prière, d’autres sont annuelles, comme le paiement de la zakat et le jeûne du Ramadan, tandis que le Hajj n’est exigé qu’une fois, dans la vie d’une personne, à la condition qu’elle en ait la possibilité.  Il y a bien sûr plusieurs autres actes d’adoration prescrits, en islam, à part les cinq piliers; certains sont obligatoires et d’autres sont facultatifs, c’est-à-dire laissés à la discrétion de chaque musulman.

Bien qu’il y ait des rituels liés à ces actes d’adoration, ils ne doivent pas être confondus avec le ritualisme ou la discipline excessive.  Le musulman doit accomplir ses actes d’adoration en étant parfaitement conscient de ce qu’il fait et conscient, aussi, de la présence de Dieu.  Les actes accomplis de façon machinale ou ceux qui finissent par ne devenir que des habitudes rendent les gens pareils à des automates et n’aident en rien à la  croissance spirituelle.

« La piété ne consiste pas à tourner vos visages vers l’Est ou l’Ouest ; mais pieux est celui qui croit en Dieu et au Jour dernier, aux anges, au Livre et aux prophètes, et qui donne ses biens, par amour pour Dieu, à ses proches, aux orphelins, aux indigents, aux voyageurs, à ceux qui demandent (de l’aide) et pour libérer des esclaves ; [et pieux est celui] qui observe correctement ses prières et qui paie la zakat.  Et [sont pieux] ceux qui respectent leurs engagements lorsqu’ils s’engagent, et ceux qui sont patients en période de tribulations, d’adversité et de grande tension.  Les voilà, ceux qui sont sincères et les voilà ceux qui craignent vraiment Dieu. » (Coran 2:177)

Le but de l’adoration et ses bienfaits

Dieu n’a pas besoin de notre adoration.  L’adoration a été établie en islam, ainsi que dans toutes les religions précédentes, pour le bienfait de l’humanité, tant au niveau individuel qu’au niveau social.  L’adoration est essentielle au maintien de la spiritualité dans la vie des musulmans; elle les amène à aimer leur Créateur et à développer une constante conscience de Dieu.  Dieu dit :

« Ô hommes!  Adorez votre Seigneur, qui vous a créés, vous et ceux qui vous ont précédés; ainsi atteindrez-vous la piété. » (Coran 2:21)

Et Il a dit à Moïse :

« … et accomplis la prière pour M’avoir présent en ta pensée. » (Coran 20:14)

Les actes d’adoration sont un moyen de garder Dieu à l’esprit et de maintenir une relation avec Lui.  Les musulmans accomplissent au moins cinq prières par jour pour maintenir cette relation.  Lorsqu’une personne supplie, implore et louange Dieu, qu’elle récite des versets tirés de Sa révélation, que l’on nomme aussi « le Rappel », et qu’elle s’adonne également à d’autres formes d’adoration, elle finit par développer une véritable conscience de Dieu et par sentir que la puissance et le savoir de Dieu sont présents avec elle en tout temps.

Par ailleurs, l’adoration, pour le musulman, est un puissant incitatif à enrayer le mal qui se trouve au fond de lui-même d’abord, puis celui qui se trouve dans sa communauté et dans son environnement, et à établir la parole de Dieu sur terre.  Dieu dit :

« Certes, la prière préserve de l’indécence et des actes d’injustice. » (Coran 29:45)

Lorsqu’une personne passe ses journées à accomplir des actes d’adoration, elle a constamment à l’esprit la raison de son existence, sur cette terre, ainsi que sa destination dernière, ce qui l’aide à vivre en conformité avec la volonté de Dieu, faisant ce qui Lui plaît et évitant ce qui Lui déplaît.

On peut clairement constater les effets que produit l’adoration à un niveau collectif.  Lorsque les individus qui composent une société suivent la bonne voie, aux niveaux moral et spirituel, c’est toute la société qui est sur la bonne voie.  La société idéale est celle qui a conscience que Dieu l’observe à chaque instant, celle qui est connue pour ses actes de bienfaisance et de gentillesse et au sein de laquelle le vice et le péché sont contenus et limités.

Bien que certains perçoivent l’adoration et l’obéissance à Dieu comme une forme d’emprisonnement ou d’esclavage, en réalité, l’adoration de Dieu et la soumission à Sa volonté libèrent les hommes de tous les autres types de soumission.  L’adoration libère l’individu des chaînes de la société, des pairs et de la famille et le rend libre de plaire à son seul et unique Seigneur.  Telle est la véritable liberté, qui apporte sécurité et contentement.  La soumission à Dieu est l’ultime source de liberté.

Related Articles with L’adoration en islam (partie 2 de 3): Les formes manifestes d’adoration