La déification de l’Esprit Saint

Site Team

 

La déification de l’Esprit Saint
 
 
 
L’Esprit saint, selon les convictions de l’Islam, est un noble nom donné à l’archange Gabriel, à la révélation divine et au cachet que Dieu accorde à Ses prophètes et à Ses serviteurs vertueux pour les soutenir. Dans le verset suivant, le Coran désigne l’archange par l’expression : L’esprit de sainteté :﴾Dis : « L’esprit de sainteté l’a révélé en toute vérité, de la part de ton Seigneur…[1] »﴿Parlant de Jésus, il lui a rappelé qu’IL l’a aidé par le même personnage surnaturel : ﴾Rappelez-vous, quand Dieu dit : « Souviens-toi, Jésus, fils de Marie, de ma grâce envers toi et envers ta mère ; lorsque je t’ai soutenu de l’Esprit saint….[2] »﴿Dans ce verset, la révélation est nommée un esprit : ﴾C’est ainsi que nous t’avons révélé un Esprit de notre Ordre….[3] ﴿.
 
Nous retrouvons le même sens ici : ﴾IL est le Possesseur du Trône. IL envoie par son Ordre l’Esprit sur qui Il veut parmi Ses serviteurs….[4]﴿
 
Il est important pour nous de signaler que la conception de l’Esprit Saint πνεύματος ἁγίουou Esprit de Dieu, d’après La Bible, n’est pas très lointaine de celle du Coran. Mais cette notion coranique ne peut cadrer, en aucun cas, avec celle émise par le concile de Constantinople. Le concept de l’Esprit Saint, dans l’Ancien et le Nouveau Testaments, a revêtu plusieurs sens :
 
A)L’esprit que le Tout Miséricordieux a insufflé dans toutes Ses créatures. Il est dit dans l’épître aux Hébreux : Vous vous êtes approchésdes êtres justes, parvenus à la perfection… (Les Hébreux 12/23). C’est une idée analogue à celle que l’on rencontre dans cette supplication : Tu leur reprends le souffle, ils expirent et retournent à leur poussière. Tu envoies ton souffle, ils sont créés et tu renouvelles la surface du sol. (Les psaumes 104-29/30) L’esprit est également le souffle que Dieu, de par Sa Bienveillance Infinie, stimula dans le squelette d’Adam qui se leva et devint un être humain : Le seigneur Dieu insuffla dans ses narines l’haleine de vie et l’homme devint un être vivant (La Genèse 2/7). Cet Esprit fut attribué à Dieu car il provient de Lui, IL l’a donné et IL le reprendra : Avant que le souffle ne retourne à Dieu qui l’avait donné (Qohéleth 12/7)
 
B)La révélation transmise par les anges aux prophètes. Ainsi, David, guidé par l’Esprit saint a dit : …. (Marc 12/36). La même notion est signalée concernant : Zacharie, le père du petit enfant, fut rempli du Saint Esprit (Luc 1/67). Pierre, dans cette allocution, confirme ce sens : Frères, il fallait que se réalise ce que le Saint Esprit a annoncé dans l’Ecriture s’exprimant par la bouche de David. (Les actes des apôtres 1/16). Dans ce passage, Dieu blâme les fils d’Israël pour leur opposition obstinée à la religion qu’IL leur a destinée : Vous, hommes rebelles dont le cœur et les oreilles sont fermés aux appels de Dieu, vous résistez toujours au Saint Esprit. (Les actes des apôtres 7/51). Jean a utilisé le mot esprit pour désigner les envoyés divins : Mes amis ne croyez pas tous ceux qui prétendent avoir l’Esprit, mais mettez-les à l’épreuve pour vérifier si l’esprit qu’ils ont vient de Dieu. Car de nombreux faux prophètes se sont répandus dans le monde. (Jean I 4/1)
 
C)L’Esprit, enfin, se rapporte au pouvoir, à la force, au soutien, à la compréhension et autre sagesse que Dieu octroie à Ses prophètes, aux saints et aux personnes qui en sont dignes. Jésus a certifié : C’est par l’Esprit de Dieu que je chasse les esprits mauvais… (Matthieu 12/28) c’est-à-dire par la puissance divine. Avec la même opinion, le pharaon a interrogé ses esclaves : Trouverons-nous un homme en qui soit comme en celui-ci l’Esprit de Dieu ? (La Genèse41/38) voulant dire par cette question un homme intelligent pareil à Salomon à qui Dieu a donné la Sagesse. Le prophète Aggée a enregistré : « Puisque mon esprit se tient auprès de vous, ne craignez rien.» (Aggée 2/5) l’esprit ici signifie la force divine. Le sens de l’élocution Esprit Saint peut indiquer les bienfaits et les faveurs que l’Omnipotent confie à Ses créatures. Matthieu fait dire à Jésus ce verset : Tout mauvais que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants. A combien plus forte raison, donc votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les Lui demandent. (Matthieu7/11). Luc reprend la même idée en remplaçant, dans la bouche de Jésus de bonnes chosesparle saint esprit : Tout mauvais que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants. A combien plus forte raison, le Père qui est au ciel donnera-t-il le saint esprit à ceux qui le Lui demandent (Luc 11/13  Le saint espritdans ce contexte veut dire les privilèges que Dieu cède à tous ceux qui les Lui demandent, humblement. Luc revient avec une pensée analogue : Il y avait alors à Jérusalem un homme qui s’appelait Siméon. Cet homme était droit et attendait celui qui devait sauver Israël. Le saint esprit était avec lui. (Luc 2/25) et là il s’agit de prédilections. De la même façon, ces pouvoirs ont épaulé les apôtres le jour de la Pentecôte : Ils furent tous remplis du Saint Esprit et se mirent à parler en d’autres langues, selon ce que l’Esprit leur donnait d’exprimer. (Les actes des apôtres 2/4). Le célèbre saint, Jean Chrysostome, a expliqué ce passage dans son soixante-douzième article de l’Evangile de Jean et a mentionné : « L’Esprit Saint émane du Père et l’esprit que Jésus a placé dans les apôtres le jour de la Pentecôte n’était point l’essence de l’Esprit ni une hypostase de la trinité, mais c’étaient ses propres dons.[5]» Le même Jean, nommé la bouche d’or distingue – comme tous les Chrétiens - entre la déification de l’hypostase de l’Esprit Saint et celle du Père et du fils, cependant il donne aux deux mots l’expression saint espritavec le sens d’offrandes, comme déjà employé par Paul dans les actes des apôtres 2/4.
 
D)Les vents violents tels que la Torah les a décrits : L’herbe sèche, la fleur se fane quand le souffle du Seigneur vient sur elles en rafales. (Esaïe 40/7) ce qui concorde avec l’introduction de la Genèse : Le souffle de Dieu planait à la surface des eaux (La Genèse1/2). Dans sa traduction, il existe une ambiguïté qui a entraîné un quiproquo. Le texte, comme le souligne le grand commentateur Spinoza fait allusion à un vent déchaîné provenant de Dieu et qui, selon les exégètes juifs, a dissipé les voiles de l’obscurantisme. L’attribution de l’Esprit Saint à Dieu, dans ces deux versets, est un signe d’ennoblissement et d’apothéose comme il est dit : « Les montagnes de Dieu.» (Les psaumes 36/6). Toutes les significations de l’Esprit Saint que nous venons d’exposer ne sont pas valables aux yeux des partisans de cette déification. Ils ne veulent pas admettre que cet Esprit est une simple puissance ou une influence divines ou un ange. L’Esprit Saint, d’après les convictions chrétiennes, est un Dieu. IL la troisième hypostase de la trop Sainte Trinité. Qui est donc l’Esprit Saint, selon leur conception? Quelles preuves évoquent-ils pour sa déification? A quelle date cette croyance a fait son apparition?
 
En l’an 381, sur convocation de l’empereur Théodose (347-395), le concile de Constantinople s’est réuni pour discuter de l’opinion de l’archevêque Macdonius. Il était arien, niait la déification de l’Esprit Saint et répétait les saines idées que renfermaient aussi bien les livres de l’Ancien Testament que celles du Nouveau. L’archevêque disait : « L’Esprit Saint est l’œuvre de Dieu qu’IL a propagé à travers l’univers. Il n’est pas distinct du Père ni du Fils..» Il assurait aussi à son sujet qu’il est pareil à toutes les créatures et voyait en lui un serviteur du Fils comme l’un des anges. Cent cinquante archevêques (150) participèrent à ce concile. Ils destituèrent l’archevêque de toutes ses fonctions ecclésiastiques et adoptèrent l’une de décisions les plus graves et les plus importantes : la déification de l’Esprit Saint qu’ils considérèrent comme complémentaire de la Trinité. Ils affirmaient : « L’Esprit Saint, chez nous, n’a pas le sens autre que L’Esprit de Dieu. Dieu n’est rien d’autre que Sa vie. Si nous assurons que l’Esprit Saint a été créé, nous certifions par là que Dieu est créé.[6]»
 
L’évêque Yassî Mansoûr  a dit : «L’Esprit Saint est le Dieu Eternel. IL existe avant la création. IL est le Créateur de toutes choses, Celui qui peut tout faire, qui est présent partout et qui est Infini.» Dans un autre passage, il répond à Macdonius : « L’Esprit Saint est la troisième hypostase dans la théologie, il n’est pas une simple influence ou attribut ou puissance, IL est une Essence réelle, un Etre Vivant, une hypostase singulière. Cependant, IL n’est pas séparé et IL constitue une unité hypostatique qui n’est pas celle du Père ni celle du Fils. Il leur égal dans le pouvoir et la valeur et leur est associé dans une même essence et une même nature divine.[7]» Les Chrétiens se cramponnent à ce qu’a dit Jean dans son Evangile : Dieu est Esprit. (Jean 4/24). Ils le voient également comme existant avant le début de la création : Lorsque Dieu commença la création des cieux et de la terre… Le souffle de Dieu planait à la surface des eaux (La Genèse1-1/2). Ainsi, il y a plusieurs autres textes qui traitent de l’Esprit ou l’Esprit de Dieu ou l’Esprit Saint.
 
-------------------------
 
 
[1]) Portion du verset 102 de la sourate d’En-Nahl.
 
[2]) Portion du verset 110 de la sourate d’El-Ma-idah.
 
[3]) Portion du verset 52 de la sourated’Ech-Choûrah.
 
[4]) Portion du verset 15 de la sourate de Ghafîr.
 
[5]) Voir l’encyclopédie du serviteur copte extrait du livre précieux : « Négation de la déification de l’Esprit Saint» écrit par mon frère le Pr Ali Er-Rîs (page 55). Des passages pareils ont été tirés également de l’œuvre du  pape Athanase. Le Pr Ali a fait remarquer dans son excellent livre l’emploi dans la Bible de l’esprit saintqui= =n’est pas attribué à Dieu mais qui signifie le pouvoir, l’appui, la compréhension et autre sagesse comme dans : « Vite, réponds-moi Seigneur, mon souffle s’est arrêté… » (Les psaumes 143/7).Il est question ici de l’anéantissement de la force.  Et encore : « La reine de Saba en perdit le souffle. (Les Rois I 10/5)
 
[6]) Voir :
 
a) Ô gens du livre, adoptons une formule commune- de Raouf Chalabî – Page 218/221)
 
b) La perle précieuse dans l’histoire de l’Eglise de El-Anba Isodore- Tome 1 – Page 443.
 
[7]) Voir :
 
a) Les hypostases des Chrétiens de Ahmed Hidjâzî Es-Saqâ – Pages : 42/44.
 
b) Dieu est-IL Un ou la Trinité ? de Mohammed Majdî Mourdjâne – Pages : 116/125

Related Articles with La déification de l’Esprit Saint