LA GRAVITATION

Site Team

LA GRAVITATION

 

 

Il n’est pas possible d’évoquer l'histoire de l'attraction universelle sans faire allusion à la pomme de Newton. En effet,  c’est la chute d'une pomme sous l'effet de son propre poids, qui mit le physicien sur une nouvelle piste scientifique  encore inconnue, celle de la gravitation, jusqu’à l’amener à élaborer sa théorie. Même si l'épisode de la pomme a été réfuté par certains historiens,  d'autres spécialistes  sont convaincus que cette théorie représente la plus grande généralisation accomplie par l'esprit humain. L'énoncé de la découverte précise que deux corps exercent l'un sur l'autre, une force qui varie comme l'inverse du carré de la distance qui les sépare et comme le produit de leurs masses.

En d'autres termes, il existe entre deux masses différentes, des forces qui les attirent l'une vers l'autre et cette attraction est d'autant plus forte, que les masses sont importantes et la distance qui les sépare, réduite. La petite masse de la pomme a été attirée lors de sa chute, par la terre qui représente une masse plus imposante, et exerce en conséquence un pouvoir d'attraction sans commune mesure avec celui de la pomme.

La généralisation accomplie par le génie de Newton, a été de transposer l'histoire de la pomme à l'ensemble de l'univers. La théorie prévoit que pareillement le soleil et la terre s'attirent mutuellement, mais comme le soleil est 333 000 fois plus massif que le globe terrestre, il exerce sur ce dernier une attraction beaucoup plus forte. La lune et la terre s'influencent aussi réciproquement, à l'avantage de  cette dernière  qui forme une masse 83 fois plus importante que celle de son satellite. Le soleil et la lune n'échappent pas,  non plus, au pouvoir de la gravitation, toutefois, la masse du soleil est près de 30 millions de fois plus forte que celle de la lune.

Pourquoi alors, si le soleil exercé une force gravitationnelle si puissante sur la terre, celle-ci ne tombe pas à sa surface, ni la lune sur la terre ? Cela aurait été le cas si rien n’était venu compenser de telles influences. Or, la terre est animée d'un mouvement de rotation autour du soleil, qui la propulse à 107 000 kilomètres à l'heure et cette trajectoire tend à la propulser vers l'extérieur équilibrant de la sorte le pouvoir de l'attraction. Pour vulgariser le phénomène, les chercheurs comparent le soleil à un lanceur de marteau, et la terre à la sphère métallique que l'athlète fait tourner autour de lui au bout d'un fil d'acier pour lui communiquer l'élan nécessaire. Plus l'athlète accélère sa rotation et plus le marteau aura tendance à s'évader vers l'extérieur, alors que le fil d'acier (la gravitation) l'attire vers sa source. Lorsque l'athlète s'arrête, le poids tombe, de même dans la gravitation, la terre serait tombée sur le soleil.

Les astronomes savent  que si la terre devait accélérer sa vitesse de rotation, elle tendrait à s'éloigner du soleil. Par contre, si elle devait s'arrêter en plein ciel, ou bien ralentir fortement son mouvement, elle serait immanquablement attirée par le soleil et s'écraserait sur sa surface. Toutes les planètes du système solaire sont solidaires entre elles, et surtout avec le soleil qui constitue à lui seul 99,8 pour cent de la masse totale. La gravitation ne s'exerce pas seulement à l'échelle du système solaire. Ses effets s'étendent à l'ensemble de l'univers. Les galaxies, les étoiles et les autres corps sont également régis par ces lois immuables qui règlent les orbites, empêchant un effondrement catastrophique des astres qui précipiterait l'univers dans le chaos.

Quand Newton fit paraître en 1687 son ouvragé intitulé « Philosophiae naturalis principia mathématica » (Principes mathématiques de philosophie naturelle), il était parfaitement conscient de l'importance du phénomène qu'il décrivait, bien qu'il est apparu par la suite, lorsque Einstein élabora en 1915 sa théorie de la Relativité générale, que les choses n'étaient pas aussi "simples" qu'il le pensait. L'univers venait en effet d'acquérir une quatrième dimension, le temps, qui est venue s'ajouter aux trois autres dimensions connues jusqu'alors. L'espace n'était plus le calme absolu régi seulement par la gravitation newtonienne, mais un volume tourmenté, déformé par le corps massif des astres. Bien d'autres caractéristiques venaient d'apparaître qui obligeaient les chercheurs à concevoir de nouveaux concepts. Ils se mirent alors à la recherche de ces mystérieuses ondes gravitationnelles, responsables de phénomènes qui n'étaient pas encore tout à fait élucidés.

Cependant, malgré les complications du 20ème siècle, la théorie de l'attraction universelle restait applicable dans ses grandes lignes en réglant le jeu des différentes forces entre elles. Grâce à la gravitation, l'univers repose sur un état d'équilibre permanent. Chaque astre dans le ciel exerce son action sur d'autres corps, mais est influencé en retour pareillement. L'interaction de toutes ces forces assure la stabilité de la création, en relation avec d'autres mouvements, comme l'expansion de l'univers, la rotation des galaxies et la course des corps stellaires et planétaires. Tous les phénomènes physiques sont tributaires des quatre forces fondamentales suivantes : L'interaction forte, l'interaction faible, la force électromagnétique et la force gravitationnelle.

- L'interaction forte assure la cohésion des protons et des neutrons dans le noyau atomique, ainsi que la cohésion des quarks, les constituants des protons et des neutrons. Sa portée maximale ne dépasse pas un dix-milliardième de centimètre.

- L'interaction faible est responsable de la désintégration du neutron ainsi que d'autres désintégrations. Sa portée est mille fois inférieure à celle de l'interaction forte.

- La force électromagnétique a une très longue portée - (infinie ?) - et n'influence que les corps chargés électriquement. Elle lie les électrons au noyau et les atomes entre eux pour former des molécules.

- La force gravitationnelle, de loin la plus faible, n'a pu être détectée à ce jour. Sa portée serait infinie. Elle fait sentir ses effets à l'échelle de l'univers entier. Son intensité est plusieurs milliards de milliards de milliards de fois plus faible que n'importe quelle autre force. Pourtant la gravitation règle le mouvement des planètes comme celui des étoiles, des galaxies et en définitive, celui de l'univers. En raison de son importance et du fait qu'elle contribue à maintenir la construction céleste dans son harmonie, elle continue d'être traquée par les laboratoires spécialisés du monde entier. Cependant, elle est, restée invisible, y compris aux appareils de mesure les plus sophistiqués. Les physiciens ignorent aussi pratiquement tout de l'agent vecteur qui contribue à sa propagation, misant sur l'existence d'hypothétiques gravitons.

S'il était possible de visualiser la gravitation, elle se déclinerait sous d’un pont ou de colonne qui relierait chacun des astres de l'univers afin d'exercer son influence sur l'ensemble des corps. C'est cette construction, jointe aux divers mouvements, qui assure l'architecture du cosmos et évite l'effondrement de l'univers. Naturellement, l'édifice est tout à fait invisible en raison de l'intensité extrêmement faible de l'attraction gravitationnelle. Mais sa présence est bien réelle et parfaitement reconnue par le Coran qui atteste de son existence et de son invisibilité. Deux traits bien distinctifs en la matière : « Dieu est Celui qui a élevé les cieux sans colonnes apparentes. » (Coran 13.2)

Le texte peut être formulé de la façon suivante : Dieu est Celui qui a élevé les cieux (sous entendu : créé l'univers), avec des colonnes invisibles qui maintiennent la construction céleste dans l'harmonie. Or, il n'existe rien d'autre, hormis la force gravitationnelle pour justifier les révélations du Livre Sacré. Seule cette force est en mesure de préserver l'agencement des corps cosmiques et  d’éviter qu’ils ne s’écrasent les uns sur les autres.

Le verset de la sourate 31 évoque la création des cieux (lire : l'univers), sans colonnes visibles : « 1l (Dieu) a créé les cieux sans colonnes apparentes. » (Coran 31.10) Il n'est pas question ici seulement de l'élévation des cieux, mais de la création de l'univers qui aurait été conçu et qui subsiste en raison de l'action de la force gravitationnelle qui exerce son influence jusqu'aux confins du cosmos et qui reste néanmoins indécelable. L'équilibre et l'harmonie de la construction céleste sont plusieurs fois exprimés dans le Coran. Ce qui est effectivement le cas,  grâce aux lois de l’attraction universelle (les piliers invisibles).

Ainsi, plus d'un millénaire avant Newton, le Livre Sacré avait démontré l'existence de ce phénomène dans le maintien de l'architecture de l’univers. Il en avait prédit également l'invisibilité et il faut le reconnaître, l'attraction demeure à ce jour, la seule des quatre forces fondamentales de l'univers à échapper à la détection instrumentale. Et le chemin de sa découverte risque d'être long encore.

Toutefois, si le Coran admet la présence de cette force et son rôle irremplaçable dans la vie de l'univers, il reste que la nature n'est pas éternelle et qu'elle évolue vers son destin inexorablement. Une telle fin qui est décrite par ailleurs, sera provoquée par la contraction de l'univers après la période d'expansion actuelle. L'effondrement catastrophique qui s'ensuivra provoquera des cataclysmes d'une violence inimaginable. Toutes les lois qui régissent l'ordre actuel seront transcendées par l'Action du Créateur qui manifeste Sa Puissance illimitée, ainsi qu'il est reconnu à travers le passage suivant : « Dieu maintient en équilibre harmonieux les cieux et la terre, les empêchant de s'effondrer. S'ils venaient à s'affaisser, qui donc en dehors de Lui saurait les retenir ? » (Coran 35.41).

Dieu contient l'univers dans les limites qu'Il s'est fixées jusqu'au terme irrévocable. Une fois la fin décrétée, qui donc serait en mesure d'empêcher cela ? Oui, qui pourrait s'opposer à la Puissance de Dieu et renverser le processus ?

Related Articles with LA GRAVITATION