LE CYCLE DE L'EAU ET LE REGIME DES VENTS

Site Team

LE CYCLE DE L'EAU ET LE REGIME DES VENTS 

Le soleil joue un rôle fondamental dans l'évaporation de l'eau et  partant dans la formation des précipitations pluvieuses. Les spécialistes ont calculé que l'apport calorifique du rayonnement solaire permet de faire passer à l'état de vapeur d’eau, trois litres d'eau de mer par mètre carré et quotidiennement, soit un volume de mille cent milliards de mètres cubes, qui retomberont sous forme de pluie, de neige ou de grêle. Les terres émergées dont la norme d'évaporation est deux fois moins importante, participent pour un total de deux cents milliards de mètres cubes par jour, et il suffirait de trente-trois heures d'évaporation (et de précipitations), pour couvrir les besoins de toute la population mondiale, où chaque habitant recevrait théoriquement une quote-part  de mille litres par jour. Mais l'eau est une des richesses les plus mal réparties. Alors qu'en certains endroits chaque goutte a son importance, ailleurs règne la surabondance et le gaspillage. Dans ce qui suit, le cycle évaporation/précipitations sera explicité, avant de faire un rapprochement avec les données coraniques. Les constatations  sont édifiantes,  en raison de la grande similitude qui existe entre les deux sources.

La circulation atmosphérique est un processus complexe, qui est régi par des lois rigoureuses. L'interaction complexe des différents facteurs permet à  l'univers d’exister et d’évoluer. Sur terre, la chaleur émanant du soleil contribue à l’évaporation des molécules d’eau, tant des océans que des  continents. Puis, le  le vent, véhicule universel de la planète, intervient pour répartir l'humidité à travers le globe. Il utilise les grands courants de circulation atmosphériques, qui déterminent le régime climatique de chaque région. Tout au long de leur parcours, les masses nuageuses vont subir des contraintes qui provoqueront l'apparition des précipitations. Les mers et  océans recueillent, en raison  de leur étendue, 70 à 80 pour cent de l’eau de pluie,  mais l'importance de ce cycle fermé est toute relative, puisque chaque année 450 000 kilomètres cubes d'eau s'évaporent des océans et 410 000 kilomètres cubes, y retournent sous forme de précipitations. (Le reste réintègre aussi en partie, les océans mais par des voies secondaires, écoulement, ruissellement, etc.). Ce qui paraît être un débit considérable à priori, ne représente en fait que la 3 400ème  partie du volume des océans, qui accomplissent une rotation sans fin. L'intérêt des précipitations qui se déversent sur les reliefs est autrement plus important. Les continents, en récupérant l'eau douce et en l'emmagasinant, tant à la surface, que dans les profondeurs du sous-sol, créent les conditions idéales pour le développement de la vie. C’est ce  cycle qui permet à toutes les formes de vie terrestres, végétales et animales d’exister et de subsister.

Ce rythme, totalement inconnu à l’époque, est décrit par le Coran, qui évoque le va-et-vient incessant de l'eau entre le ciel et la terre et ses conséquences bienfaisantes sur le sol qui se fendille sous l'effet de la germination  des plantes qui en résulte (Coran 86.11).  Cette description  correspond parfaitement à un mouvement alterné où l'évaporation élève l'eau dans l'atmosphère, avant que les précipitations ne la restituent au sol, qui se fendille sous la poussée germinative.

Le rôle de l'eau, est primordial  dans la formation et le maintien de la vie. Le Livre Sacré décrit les phénomènes météorologiques sans lesquels, l'eau douce ne saurait ni exister, ni circuler, ni reconstituer les réserves qui auront été utilisées ou polluées. Il existe une parfaite analogie entre les données coraniques et la réalité physique telle qu’elle s’exerce pour animer l'horloge climatique. Car, il s’agit bien d’un fonctionnement précis et méticuleux où le fragile équilibre de la nature  l'emporte sur les éléments déchainés et incontrôlés.

Voici une comparaison entre les citations coraniques et les données scientifiques relative à la circulation atmosphérique dans le monde. Certains sujets seront traités plus loin dans des articles spécifiques :

1. ASCENDANCE DES MASSES D'AIR CHARGEES DE VAPEUR

Citations coraniques : « Dieu envoie les vents qui élèvent les nuages dans le ciel. » (Coran 35.9).

Données scientifiques : L'ascendance est vitale dans le processus de la condensation  des gouttes de pluie, afin de permettre un contact avec un substratum froid. Seule l'ascendance peut engendrer la pluie.

 

2. DEVELOPPEMENT DES NUAGES

Citations coraniques : «  Dieu est Celui qui vous envoie les vents qui élèvent les nuages. Ils s'accroissent dans le ciel, selon Sa Volonté et forment des masses nuageuses. » (Coran 30.48).

Données scientifiques : Dans les courants de convection, les masses d'air chargées d'humidité subissent un refroidissement, par détente. L'abaissement de température entraîne la condensation de la vapeur d'eau. Il se forme des nuages qui s'accroissent considérablement dans le ciel et qui sont alimentés par des mouvements ascendants continus.

Related Articles with LE CYCLE DE L'EAU ET LE REGIME DES VENTS