Le mensonge

Site Team

Mentir fait maintenant partie intégrante des rapports sociaux.  Les gens mentent pour toutes sortes de raisons.  Ils peuvent mentir lorsqu’ils se présentent, afin de projeter une image plus positive.  Ils peuvent également mentir pour désamorcer des conflits, car mentir peut faire sentir à l’autre que le désaccord est moins important qu’il ne l’est en réalité.  Bien que mentir puisse paraître utile, en de telles circonstances, cette habitude peut aussi nuire aux relations humaines.  Car un mensonge exposé au grand jour ébranle la confiance et sème la méfiance, la personne à qui on a menti étant susceptible de constamment soupçonner la personne qui lui a menti, par la suite.[1]  Certaines personnes mentent carrément par habitude.  « Les mensonges quotidiens font vraiment partie du tissu de la vie sociale », affirme Belle DePaulo, psychologue et experte du mensonge à l’Université de Virginie.  Ses recherches ont démontré que les hommes, autant que les femmes, mentent dans près du cinquième de leurs échanges sociaux dont la durée dépasse 10 minutes.  En l’espace d’une semaine, ils trompent ainsi environ 30 pourcent de ceux avec qui ils communiquent en tête à tête.  De plus, certains types de rapports, comme ceux entre les adolescents et leurs parents, sont empreints de duplicité.  Le mensonge fait partie intégrante de certaines professions : il est commun, pour les avocats, d’inventer des théories tirées par les cheveux en faveur de leurs clients ou encore, pour les journalistes, de se faire passer pour quelqu’un d’autre afin d’avoir accès à certains lieux ou à certaines personnes.[2]


Le mensonge est un vice méprisable, très répandu dans nos sociétés.  Tromper les autres en usant de ruse est perçu comme un signe d’intelligence.  Les personnages publics mentent.  Le politiciens mentent.  L’une des caractéristiques de notre époque est que le mensonge n’est plus stigmatisé comme il l’était, par le passé.  De nos jours, le mensonge est devenu institutionnalisé.  C’est devenu un mode de vie pour plusieurs d’entre nous, car nous avons réalisé que si nous arrivons à être suffisamment convaincants, mentir fonctionne.  Des pays sont envahis et des guerres éclatent sur la base de mensonges.  « Nous » ne mentons jamais, nous ne faisons que déguiser un peu la vérité, sans intention d’induire en erreur; mais les « autres », eux, sont véritablement menteurs.  Nous vivons dans un monde qui a perfectionné l’art de mentir.  Elle est désormais loin l’époque où un mensonge portait atteinte à l’honneur du menteur et le rendait indigne de confiance.


Le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a souligné l’importance de toujours dire la vérité et le danger de mentir de façon compulsive.  Il a dit :


 « La sincérité mène à la piété et la piété mène au Paradis.  Un homme, à force de se montrer sincère, finit par être inscrit comme sincère auprès de Dieu.  Mentir mène aux écarts de conduite et les écarts de conduite mènent à l’Enfer.  Un homme, à force de mentir, finit par être inscrit comme menteur auprès de Dieu. »[3]

  La sincérité consiste à dire des choses qui correspondent à la réalité et elle se situe à l’opposé du mensonge.  Le mensonge est lié à l’hypocrisie, tel que l’a affirmé le prophète Mohammed :


« Si l’un de vous possède ces quatre caractéristiques, il est un pur hypocrite; et s’il ne possède qu’une d’entre elles, ils possède en lui une part d’hypocrisie jusqu’à ce qu’il s’en débarrasse.  Ces quatre caractéristiques sont : chaque fois qu’on lui fait confiance, il trahit cette confiance; quand il parle, il ment; lorsqu’il fait une promesse, il la rompt; et lorsqu’il se dispute, il devient grossier. »[4]


  Il est donc essentiel de faire de notre mieux pour nous débarrasser des traits de l’hypocrisie en ne trahissant pas la confiance que l’on nous accorde, en disant toujours la vérité, en respectant nos promesses et en ne nous montrant point grossiers.


Du point de vue de l’islam, le pire mensonge qu’une personne puisse proférer est un mensonge sur Dieu, Ses prophètes et Sa révélation, ou encore faire un faux témoignage.  D’une manière générale, nous devrions prendre garde à ne pas utiliser de faux prétextes comme « j’étais trop occupé » ou « j’ai oublié », ou encore dire des choses qui ressemblent à des promesses, comme « je te rappellerai demain », sans avoir aucune intention de le faire.  De même, le fait de ne pas mentir ne devrait pas être perçu comme de l’impolitesse (dire les choses comme elles sont).  Mais nous devons prendre garde à ne pas mentir au sujet de « petites choses » sous prétexte que cela ne cause de tort à personne.  Pour éviter cela, il est essentiel de toujours bien choisir nos mots.

 


Éviter le mensonge à tout prix est-il un principe absolu, en islam, ou y a-t-il des exceptions?  Supposons qu’un homme voulant commettre un meurtre frappe à votre porte, à la recherche de sa victime.  Moralement, devriez-vous lui dire : « Elle se cache là-haut, espérant que vous partiez »?  Des philosophes tels que Kant ont laissé entendre que, moralement, c’était la bonne chose à répondre.  Mais l’islam, lui, affirme que mentir, en de telles circonstances, est plus que justifié.

 



Footnotes:

[1] ‘The Right to Do Wrong: Lying to Parents among Adolescents and Emerging Adults,’ (Le droit de faire le mal : quand les adolescents et les jeunes adultes mentent à leurs parents), par Jeffrey Jensen Arnett, Elizabeth Cauffman, S. Shirley Feldman, Lene Arnett Jensen; Journal of Youth and Adolescence, Vol. 33, 2004.

[2] ‘The truth about lying,’ (La vérité sur le mensonge) par: Allison Kornet. Psychology Today, Publication Date: May/Jun 97

[3] Sahih Al-Boukhari, Sahih Mouslim

[4] Sahih Al-Boukhari, Sahih Mouslim

Related Articles with Le mensonge