Les piliers de l’attestation de foi ‘Ach-chahâda’

Site Team

Les piliers de l’attestation de foi ‘Ach-chahâda’

L’attestation de foi comprend deux piliers :

1.Une négation ‘Il n’y a pas de Dieu’
2.Une affirmation ‘A part Allah’
La négation nie tout attribut de divinité à un autre que Dieu et l’affirmation confirme la divinité à Dieu Seul sans associé.

Cette forme grammaticale dans la langue arabe s’appelle ‘Al-Qassr’ ou expression d’inclusion/exclusion. Elle se présente sous la forme de deux phrases juxtaposées dont l’une affirme et l’autre infirme. Elle est utilisée pour renforcer avec force dans les esprits une idée bien précise et en effacer toute forme de doute et rejet.

Il n’y a pas de divinité à part Dieu présente la même force de ‘qassr’ que les versets : « C’est Toi [Seul] que nous adorons, et c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours. »[1]et dans« Dis: «C’est Lui, le Tout Miséricordieux. Nous croyons en Lui et c’est en Lui que nous plaçons notre confiance. »[2]

La forme de ‘Qassr’ dans les deux versets se présente en avançant ce qui devait venir après. Dans le premier verset, le verbe ‘adorons’ suit le complément d’objet ‘c’est Toi’ et dans le deuxième, la préposition et le pronom qui la suit ‘en Lui’ sont devancés devant le verbe ‘plaçons’.

Est-il suffisant de dire ‘Il n’y pas de divinité à part Dieu’ ?[3]

Le but de l’attestation de foi est de confirmer que nul n’est digne de toute forme d’adoration à part Allah. Celui qui prononce cette attestation tout en étant conscient de son sens, mettant en pratique son contenu, en reniant le polythéisme et en confirmant l’unicité de Dieu, est considéré comme un vrai musulman. Et quiconque la prononce sans la respecter est un hypocrite, alors que celui qui associe à Dieu un autre est un polythéiste, apostat, même s’il la prononce.

 

 

--------------------------------------------------------------------------------

[1]AL-Fâtiha ‘L’Ouverture’ :5

[2]Al-Mulk ‘La Royauté’ :29

[3]Cf. Taysseer Al-Azîz Al-Hamîd’ Pp. 74-80

Related Articles with Les piliers de l’attestation de foi ‘Ach-chahâda’