LES REPERCUSSIONS DE L’ISLAM SUR LA PURIFICATION DES AMES- 3

Site Team

En revanche, bien que le caractère et la personnalité soient des prédispositions naturelles et innées, ceux-ci peuvent aussi bien s’acquérir au fil du temps par l’entrainement, la discipline et les efforts personnels qu’un individu fournira en vue de se réformer. Allah dit à cet effet : 

)إِنَّ ٱللَّهَ لَا يُغَيِّرُ مَا بِقَوۡمٍ حَتَّىٰ يُغَيِّرُواْ  مَا بِأَنفُسِهِمۡۗ(

« En vérité, Allah ne modifie point l'état d'un peuple, tant qu’ils ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes[1] ».

Puis il dit :

)قَدۡ أَفۡلَحَ مَن تَزَكَّىٰ(  

« Certes, celui qui se purifie réussira[2] »

Le messager d’Allah e dit : « La science ne s’acquiert que par l’apprentissage et les bonnes manières que par la maîtrise de soi. Quiconque s’efforce de chercher le bien l’obtiendra et quiconque cherche à se protéger du mal en sera préservé[3] ».

En outre, le caractère et la personnalité ne sont pas immuables et figés, mais ils sont sujets au changement, contrairement à ce que pensent les « innéistes » qui sont persuadés de leur immuabilité sous prétexte qu’ils sont innés.

Aussi, si les comportements ne pouvaient changer, les recommandations, exhortations et sanctions ne seraient d'aucunes utilité. Or, nous avons démontré dans les preuves mentionnées antérieurement le contraire de cela.

111

En vérité, nombreuses sont les preuves du Coran et de la Sunna qui incitent aux bons comportements et réprouvent les mauvaises conduites. Et si cela n’était pas possible de mettre en application, cela aurait été équivalent à nous charger d’une chose qui est impossible. Or, personne n’oserait prétendre cela. Et comment pourrait-on nier cela alors même qu’une bête de laboratoire est capable de changer de comportement ?!

À titre d’exemple, comment la buse peut-elle passer de l’état sauvage à la sociabilité ? Comment le chien passe-t-il de l’intempérance et la voracité  à la décence et la docilité ? Comment le cheval passe-t-il de la rébellion à l’assujettissement et la soumission ? Tous ces exemples révèlent donc un changement de comportement.

Si cela s’est réalisé avec l’animal, que dire de l’être humain, qu’Allah a distingué du reste des créatures par la raison et par le devoir d’accomplir les adorations ? Il est totalement à sa portée de changer de comportement et de caractère de façon à se conduire avec droiture. Ceci étant, le changement ne s’effectuera que par  l’utilisation des moyens qui [mèneront à cela], en corrigeant et en initiant son ego jusqu'à le guider à la noblesse.

La situation des compagnons y avant la prophétie, constitue la preuve la plus évidente à ce sujet. En effet, ceux-ci étaient comme la plupart des Arabes : rudes, brutaux, acerbes et agressifs. Mais après s’être convertis à l’Islam et après avoir goûté à la douceur de la foi, ils adoptèrent ses bonnes manières et leurs caractères s’adoucirent. 

Ils sont même devenus des exemples et des modèles que l’on cherche à imiter, que ce soit pour leur altruisme, leur noblesse, leur courage, leur indulgence, etc.

Par ailleurs, la réalité nous montre quotidiennement que les comportements peuvent varier. On peut voir, lire ou entendre parler de personnes aux caractères vils, sans ambition ni force de caractère. Puis lorsque l’un d’entre eux prend en charge sa propre personne et se renseigne sur les moyens de devenir noble et s’empresse d’emprunter ce chemin, tout en délaissant la bassesse avec amour propre et fierté, son caractère s’améliore, son ambition s’accroit et sa dignité refait surface.

Quant à celui qui est prédisposé à ces nobles caractères, cherche à les mettre en pratique, et se développe par l’entrainement jusqu’en faire une habitude, qu’il sache que cela n’est qu’une succession des bienfaits d’Allah, qu’Il octroie à qui il veut[4].

Que la prière d’Allah sur notre prophète, ainsi que sur sa famille et sur l’ensemble de ses compagnons.

 



[1] Sourate « Le tonnerre », v. 11.

[2] Sourate « Le Très-Haut », v. 14.

[3] Rapporté par Al-Khâtîb Al-Baghdâdî dans « Târîkh Baghdâd » (9/127). Sheikh Al-Albânî a qualifié sa chaîne de transmission de bonne.

[4]Voir « Ihyâ’ culûm ad-dîn » d’Al-Ghazâlî (3 / 55-56), « Jawâmic al-âdâb fî akhlâq al-anjâb » d’Al-Qâsimî (p.4) et « Ad-dacwah ilâ al-ish » du Sheikh Muhammad Al-Khudhr Husayn

Related Articles with LES REPERCUSSIONS DE L’ISLAM SUR LA PURIFICATION DES AMES- 3