Mon époux consulte des sorciers, est-il toujours musulman et par conséquent suis-je toujours son épouse ?Question As salam alaykoum, J'ai fait el fatha avec un homme. Durant notre vie de couple, j'ai appris qu'il demandait service aux sorciers et aurait l

Site Team

Question

As salam alaykoum, J'ai fait el fatha avec un homme. Durant notre vie de couple, j'ai appris qu'il demandait service aux sorciers et aurait lui même pratiqué la sorcellerie. Chose qu'il m'a confirmé. Je lui ai alors dit que ces actes annulaient notre union car je me désavouais de ces actes. Il est revenu me disant que je suis toujours sa femme. Qu'il ne m'a pas divorcée (il est vrai qu'il ne l'a jamais formulé) et qu'il n'a pas accepté mon "khul". Il aurait fait tawba. Je voudrais connaitre mon statut à ce jour. Suis-je toujours sa femme ou non ? Baraka Allahou fikoum

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.

 

Le fait d’aller chez un sorcier ou autre devin n’est pas toujours une forme de Chirk (mécréance). Le hadith dans lequel le Prophète () a dit : « Quiconque va trouver un devin et croit en ses paroles aura, certes, mécru en ce qui a été révélé à Mohammed () ! » (Abou Dawoud), ne fait, dans l'absolu, allusion à l’incroyance majeure.  L’auteur de Tuhfat al-hwadhi a dit que d'après al-Tirmidhi que ce qu'on peut comprendre du sens apparent de l'expression prophétique « aura, certes, mécru… » est qu'il s'agit d'une sevère mise en garde.

En effet, les oulémas ont précisé que celui qui va chez un devin ou sorcier en croyant en ses facultés ou en croyant que ce qu'il fait est licite,  devient incontestablement mécréant et que le  fait d'y aller sans croire ni en l'un ni en l'autre est une forme de reniement de la grâce d’Allah le Très Haut, ce qui est en soi un grand péché.

 

C’est la même chose pour la sorcellerie : il y a un genre de sorcellerie qui est une mécréance et un autre qui est un péché majeur. Le premier genre est la sorcellerie qui a recours aux diables en les adorant et en se rapprochant d’eux pour assujettir l’ensorcelé, le second est celui qui utilise des mixtures et des breuvages.

 

Ainsi, s’il n’est pas certifié que votre mari soit allé chez les sorciers ou ait pratiqué la sorcellerie entraînant à l’incroyance majeure, alors l’alliance maritale qui vous lie est indubitable. A l’origine celui dont la foi a été confirmée avec certitude, on ne peut l’annihiler qu’avec certitude.

A supposer que cette sorcellerie soit du genre conduisant à la mécréance, s’il s’est repenti  alors il n’y a aucun effet sur l’acte de mariage, car c’est sa situation lors de l’exécution de l’acte qui est considérée.

 

 

En résumé, ce n’est pas à vous de juger de la mécréance ou non de votre mari ni d'établir l'annulation de votre mariage avec lui , ceci est du sort des tribunaux légaux compétents. Ce que vous devez faire c'est de porter cette affaire devant un tribunal légal  ou ceux qui peuvent le remplacer comme les centres islamiques dans les pays où il n’existe pas de tribunal légal pour examiner la question sous tous ses aspects.

 

Et Allah sait mieux.

Related Articles with Mon époux consulte des sorciers, est-il toujours musulman et par conséquent suis-je toujours son épouse ?Question As salam alaykoum, J'ai fait el fatha avec un homme. Durant notre vie de couple, j'ai appris qu'il demandait service aux sorciers et aurait l