Qui est l’auteur du Coran? : Les paroles de Satan ou les paroles de Dieu?

Site Team

Les enseignements coraniques à propos de Satan et à propos de la morale.

Certains prétendent que le Coran était l’œuvre du diable.[1]  Examinons à quel point cette allégation peut être considérée comme sensée (ou insensée).

S’il était l’auteur du Coran, ou qu’il l’avait lui-même inspiré, pourquoi Satan se maudirait-il lui-même et se dirait l’ennemi juré des êtres humains (Coran 35:6 et 36:60)?  Pourquoi Satan ordonnerait-il  :

« Lorsque tu récites le Coran, cherche refuge auprès de Dieu contre Satan le banni. » Coran 16:98)

Pourquoi Satan se condamnerait lui-même avec une telle véhémence?  Le bon sens commun accepterait-il l’idée que Satan demande aux gens de faire ce qui est bien, d’avoir une bonne moralité, d’être vertueux, de n’adorer personne d’autre que Dieu, de ne pas écouter Satan et ses suggestions, et d’éviter le mal et de le combattre?

Soutenir une telle thèse est insensé et d’une logique répugnante pour des gens raisonnables, car Satan ne se ferait de tort qu’à lui-même s’il était l’auteur.  Même la Bible atteste :

«  Si donc Satan se révolte contre lui-même, il est divisé, et il ne peut subsister, mais c'en est fait de lui. » (Marc 3:26)

Cet argument s’applique à toute les ‘forces sataniques’, qu’on les appelle ‘esprits maléfiques’, ‘extra-terrestres trompeurs’, etc.

Les informations factuelles et scientifiques contenues dans le  Coran

Le Coran relate des faits et des événements anciens qui étaient inconnus de Mohammed et de ses contemporains et dont les historiens, jusqu’à la première moitié de 20ème siècle, n’avaient pas encore eu connaissance.  Des dizaines de versets font aussi référence à des merveilles scientifiques dont certaines viennent à peine d’être découvertes ou confirmées et qui ont trait à la création de l’univers, à la biologie, l’embryologie, l’astronomie, la physique, la géographie, la météorologie, la médecine, l’histoire, l’océanographie, etc.  Voici quelques exemples de découvertes scientifiques modernes mentionnées dans le Coran

·        La Cité perdue de Iram. (Coran 89:7)

·        Les abeilles ouvrières qui sont des femelles. (Coran 16:68)

·        Le rôle des montagnes comme « piquets » stabilisateurs. (Coran 16:68)

·        La forme sphérique de la Terre. (Coran 7:54, 36:37, 31:29)

·        L’expansion de l’univers. (Coran 51:47)

·        Le « Big Bang » (Coran 21:30)

·        Le fait qu’à un moment donné l’univers n’ait été qu’une sorte de nuage de ‘fumée’. Coran 41:11)

·        La description coranique des stades de développement de l’embryon humain. (Coran 23:12-14)

Nous référons les lecteurs qui désirent en savoir plus sur le sujet aux ouvrages de Maurice Bucaille [2], de Jeffrey Lang[3], de Malik Bennabi[4], de Keith L. Moore[5], de I. A. Ibrahim[6], de Hamza Mustapha Njozi[7], et de Gary Miller [8] [9].

Combien de scientifiques modernes, experts dans leur domaine de compétence, et de brillants chercheurs, secondés par des instruments de mesure de haute performance, des satellites, des télescopes, des microscopes et des ordinateurs, combien a-t-il fallu de telles personnes pour découvrir des faits scientifiques déjà mentionnés dans le Coran?  Et sur quelle période de temps ces découvertes se sont-elles étalées?  Est-il concevable qu’un être humain, quel qu’il soit, puisse avoir été l’auteur d’une telle écriture, il y a plus de 1400 ans, avec toutes les informations qu’elle renferme, sans parler d’un être humain analphabète et n’ayant jamais reçu d’éducation?

S’il est vrai que le Coran mentionne l’incapacité de l’homme à saisir pleinement tous les mystères de la création dans sa complexité extrême (Coran 67:3-4), la révélation semble quand même offrir des indications à propos de divers phénomènes naturels comme si elle incitait les êtres humains à faire des recherches et à vérifier ce qui y est mentionné.  Encore une fois, cela est dit avec une telle autorité et une telle assurance, qu’on ne peut que présumer que l’auteur met véritablement au défi notre incrédulité.

Comparer ce qui est mentionné dans le Coran à propos de l’univers physique et certaines notions scientifiques qui traitent du même sujet nous amène à découvrir de profondes similitudes.  Mais ce qui est particulièrement remarquable, comme le Dr Bucaille le soulève, est que le Coran se distingue de tous les autres ouvrages de l’antiquité qui décrivent ou tentent de décrire comment la nature fonctionne en ce sens qu’il évite les concepts erronés.  En effet, le Coran mentionne de nombreux sujets qui ont une incidence directe sur des connaissances modernes sans qu’on puisse y trouver ne serait-ce qu’une seule déclaration qui soit en contradiction avec ce qui a été aujourd’hui scientifiquement établi.[10]

Le Dr Bucaille va même jusqu’à conclure son étude par la remarque suivante :

« Vu le niveau des connaissances à l’époque de Mohammed, il est inconcevable que les nombreuses déclarations en rapport avec la science que l’on retrouve dans le Coran puissent avoir été l’œuvre d’un homme.  De plus, il est parfaitement légitime, non seulement de voir le Coran comme une expression de la révélation, mais également de lui accorder une place très spéciale, de par la garantie d’authenticité qu’il renferme et au vu de son contenu de déclarations scientifiques, qui, lorsqu’on les étudie de nos jours, mettent encore au défi l’entendement humain. »[11]

Conclusions

En cherchant la source possible du Coran, nous avons découvert les points suivants :

(1) Mohammed était illettré

(2) Mohammed était d’une intégrité irréprochable

(3) Le style extrêmement particulier du Coran

(4) Les contradictions entre le Coran et la Bible

(5) Les enseignements coraniques à propos de Satan et à propos de la morale

(6) Les informations factuelles et scientifiques contenues dans le Coran.

Nous présentons ces points pour nous aider dans notre « démarche  d’élimination » des sources ou des auteurs suivants du Coran :

Mohammed : Nous pouvons d’ores  et déjà éliminer Mohammed de la liste des auteurs possibles du Coran.  En vertu des points 1, 2, 3, 5 et 6 présentés plus haut, il est absolument exclu qu’il ait pu être l’auteur du Coran.

Autre(s) poète(s) ou savant(s) arabe(s): on peut aussi éliminer tout autre arabe de la liste des auteurs en vertu des points 2, 3 et 6 (au minimum).

Quelqu’un qui n’est pas d’origine arabe: les raisons qui font qu’on élimine toute personne d’origine arabe de la liste nous amènent aussi à éliminer toute personne qui n’est pas d’origine arabe, qu’il (elle) soit savant, érudit, poète, ou personnalité religieuse.

Moines chrétiens ou rabbins juifs (c’est-à-dire des sources judéo-chrétiennes): Cette source est rejetée en vertu des points 1, 2, 3, 4, et 6.

Satan : (ou autre(s) esprit(s) trompeur(s) ou extraterrestre(s) : Cette possibilité est également à rejeter comme inacceptable en vertu des points déjà discutés, surtout du point 5.

Allah (Dieu) : En l’absence d’aucune autre alternative acceptable comme source du Coran, nous sommes plus ou moins forcés par la logique d’accepter que le Coran est bel et bien ce qu’il prétend être – une révélation de Dieu par l’intermédiaire de son prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui).  Cette conclusion semble raisonnable non seulement parce qu’elle ne peut objectivement être éliminée, mais parce qu’il est simplement raisonnable de s’attendre à ce qu’un livre qui possède autant de qualités et dont le contenu est aussi supérieur ne puisse émaner que du Créateur et du Guide de l’humanité.  De toutes les sources possibles du Coran, c’est aussi la seule source – Allah (Dieu) – qui déclare sans ambages en être l’auteur dans le Coran lui-même.  

Ainsi, la position qui soutient que Dieu est l’auteur du Coran tient toujours, et le défi (ou le test de falsification, Coran 4:82) est toujours ouvert à quiconque réfute que le Coran a bel et bien été révélé par Dieu.  Ayant entrepris nous-mêmes cette tâche, le fait que les musulmans soutiennent que le Coran est la parole de Dieu ne semble pas du tout être le produit d’une foi aveugle mais plutôt le produit d’un excellent jugement, sain et raisonnable, à la lumière de toutes les preuves disponibles.  En fait, après avoir passé en revue tous les arguments et évalué les éléments de preuve, la foi aveugle serait de soutenir une autre thèse.

Note: La preuve que Dieu est l’auteur du Coran est aussi la preuve de l’existence du Divin.  Dieu doit nécessairement exister, à moins qu’un autre auteur du Coran, raisonnablement et logiquement plus acceptable, puisse être trouvé!



Footnotes:

[1] Voir l’ouvrage de Norman Daniel : Islam and the West: the Making of an Image, UK: Edinburgh University Press, 1989, p.83, 94, etc.

[2] Maurice Bucaille, The Bible, the Quran and Science, Indianapolis: American Trust Publications, 1978

[3] Jeffrey Lang, Struggling to Surrender, Maryland: Amana Publications, 1994

[4] Malik Bennabi, The Quranic Phenomenon, trad. A.B. Kirkary, Indianapolis: American Trust Publications, 1983

[5] Keith Moore, The Developing Human, 3e édition, Philadelphia: W.B. Saunders Co., 1982

[6] I.A. Ibrahim, A Brief Illustrated Guide to Understanding Islam, Houston: Darussalam Publishers, 1997

[7] H.M. Njozi, The Sources of the Quran: A Critical Review of the Authorship Theories, Saudi Arabia: WAMY Publications, 1991

[8] Gary Miller, The Basis of Muslim Beliefs, Kuala Lampur: Prime Minister’s Department - Islamic Affairs Division, 1995

[9] (http://users.erols.com/ameen/amazingq.htm)

[10] Maurice Bucaille, The Bible, the Quran and Science, Indianapolis: American Trust Publications, 1978

[11] [76] ibid., p.163.

Related Articles with Qui est l’auteur du Coran? : Les paroles de Satan ou les paroles de Dieu?