Règle n°7 : adopter un comportement exemplaire

Site Team

Le prêcheur se doit d’avoir un comportement digne de ce nom, de telle sorte que la science se répercute sur sa croyance, son adoration, son apparence et dans toute sa manière d’être. Il doit représenter le rôle du prêcheur à Allah (b). Et s’il ne met pas en pratique ces différents préceptes, son prêche sera un échec, et s’il devait réussir, son succès serait limité.

Que pensez-vous d’un homme qui mettrait en garde contre les transactions usurières, et qui avertirait les consommateurs d’intérêts [bancaires] qu’ils ont déclaré la guerre à Allah et à Son messager car Allah (b) dit dans le Saint Coran :

 يَٰٓأَيُّهَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُواْ ٱتَّقُواْ ٱللَّهَ وَذَرُواْ مَا بَقِيَ مِنَ ٱلرِّبَوٰٓاْ إِن كُنتُم مُّؤۡمِنِينَ ٢٧٨ فَإِن لَّمۡ تَفۡعَلُواْ}
{فَأۡذَنُواْ بِحَرۡبٖ مِّنَ ٱللَّهِ وَرَسُولِهِۦۖ

« Ô les croyants! Craignez Allah ; et renoncez au reliquat de l’intérêt usuraire, si vous êtes croyants. Et si vous ne le faites pas, alors recevez l’annonce d’une guerre de la part d’Allah et de Son messager[1] ».

[Imaginez que ce prêcheur] exhorte les gens, leur rappelle Allah et leur fasse peur et [imaginez] qu’il aille ensuite toucher des intérêts ! Est-ce que ceci fait partie du comportement d’un prêcheur ? Certainement pas !

Ou imaginez un autre homme qui mette en garde contre le fait de ne pas prier en groupe, et qui ordonne de prier en groupe en disant que le messager d’Allah (g) a dit : « Les prières les plus pesantes pour les hypocrites sont celles du cIshâ’ et celle du Fajr. Or, si seulement ils savaient ce qu’elles renferment comme récompense, ils s’y seraient rendu même en rampant[2] ». Puis, on se rend compte que cet individu s’absente lui-même de ces deux prières à la mosquée. Est-ce que ceci fait partie du comportement d’un prêcheur ? Certainement pas !

Ou bien encore un troisième homme qui dise : « Ô serviteurs d’Allah! Prenez garde à la médisance, car la médisance fait partie des grands péchés. Et Allah a comparé celui qui fait de la médisance avec un homme qui mange la chair de son frère mort ». Et tu le vois grandement insister sur ce point. Néanmoins, tu constates que cette même personne a pris la médisance comme moyen de se divertir dans ses assises ! Ceci ne fait pas partie du comportement du prêcheur.

Et imagine un quatrième individu qui mette en garde contre la calomnie – qui est le fait de rapporter des paroles à quelqu’un à propos d’un autre dans le but de nuire à leur relation – en disant : « La calomnie est une des causes qui mène au châtiment de la tombe car il a été rapporté de manière authentique que le prophète (g) a dit lorsqu’il est passé à côté de deux tombes : « Ces deux-là sont torturés et ils ne sont pas torturés à cause d’une grande chose[3] ! L’un d’eux ne se protégeait pas de son urine. Tandis que l’autre rapportait des calomnies » ». Et en dépit de cela, tu le vois s’activer pour répandre la corruption et la calomnie entre les gens, dans l’indifférence la plus totale ! Est-ce que nous avons à faire ici au comportement d’un prêcheur ? Très certainement pas !

Il est donc nécessaire pour le prêcheur de mettre en pratique ce à quoi il appelle, que ce soit en termes d’adorations, de transactions, de caractère et d’attitude, afin que son prêche soit accueillie favorablement par les gens, mais également pour pas qu’il ne soit pas la première chose avec laquelle on attise le feu de l’enfer – et c’est auprès d’Allah que l’on recherche refuge.

Ô mes frères ! Si nous faisions notre propre introspection, nous réaliserions qu’il arrive que nous appelions à une chose mais que nous ne la mettons pas en pratique ! Et il ne fait aucun doute que ceci est une grosse erreur, à moins que le prêcheur trouve une chose meilleure à faire que celle à laquelle il appelle. Prenons par exemple le cas d’un homme appelant et incitant les gens à s’engager à lutter dans le sentier d’Allah avec son argent et sa propre personne selon ses moyens, mais qui serait dans le même temps pris par des affaires plus importantes. Dans ce cas précis, nous ne pouvons pas lui reprocher de ne pas avoir appliqué ce à quoi il appelle.

Imaginons qu’un homme appelle à la lutte dans le sentier d’Allah et que dans le même temps, le pays où il se trouve ait besoin que l’on propage la science religieuse parmi les gens. Dans ce cas précis, il se peut que la lutte qu’il mène avec la science et la preuve soit meilleure que celle menée à coup de lances et d’épées. A chaque situation sa solution. Ainsi, un acte désirable peut se retrouver d’une importance moindre si la situation exige qu’un autre acte lui soit prioritaire.

Et c’est pour cette raison que le messager (g) appelait à certaines qualités mais s’adonnait parfois à d’autres de plus grande importance. Ainsi, il pouvait jeûner pendant une période au point que l’on pense qu’il ne mange jamais, tandis qu’à d’autres périodes, il mangeait au point qu’on pense qu’il ne jeûnait jamais.

Ô mes frères ! Je souhaite que tout prêcheur adopte un comportement digne d’un prêcheur, afin qu’il soit un vrai prêcheur digne de ce nom, mais également pour que sa parole soit plus à même d’être acceptée.

 



[1] S. 2, v. 278-279.

[2] Rapporté par Al-Bukhârî (657) et Muslim (651).

[3] NdR : c.à.d qu’il n’est pas difficile de l’abandonner ou bien qu’elle n’est pas grande aux yeux des gens.

Related Articles with Règle n°7 : adopter un comportement exemplaire