Le désespoir et le suicide en islam

Site Team
Comment composer avec la détresse et les pensées suicidaires et pourquoi on ne devrait jamais désespérer de la miséricorde de Dieu.

Le suicide ne date pas d’hier : on en parlait déjà au sein des civilisations grecque et romaine; on trouve des écrits y faisant référence au sein du judaïsme et du christianisme, de même que dans les livres hindous classiques.  Le hara kiri fait partie de l’ancien code d’honneur japonais et est connu au sein des cultures asiatiques.  Le suicide n’est donc pas exclusif à la civilisation occidentale et on en recense des cas même dans les pays musulmans, même s’il s’agit d’une chose clairement interdite par l’islam.  Le Coran en parle ainsi :

« Et ne vous tuez pas vous-mêmes.  Certes, Dieu est Miséricordieux envers vous. » 

(Coran 4:29)

« Dépensez vos biens dans le sentier de Dieu et ne causez pas votre destruction par vos propres mains. » 

(Coran 2:195)

Le Coran affirme clairement que la vie humaine est sacrée.  La vie humaine ne peut être prise sans justification.  La vie est un cadeau du Créateur et il est de notre devoir de la protéger.  Il est strictement interdit, en islam, de se suicider parce qu’on désespère de la miséricorde de Dieu ou à cause de problèmes quelconques.  Le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit : « Quiconque se suicide sera châtié, au Jour de la Résurrection, à l’aide l’objet qu’il aura utilisé pour son suicide. »[1]  Il s’agit d’un péché majeur et le châtiment qui y est associé relève de la volonté de Dieu.  S’Il le souhaite, Il le pardonnera et s’Il le souhaite, Il le châtiera.(Coran 94:5)

Quand le prophète Jacob avait le cœur rempli de chagrin, il se tourna vers Dieu et le Coran nous dit qu’il supplia Dieu de lui apporter un soulagement :

« Il répondit : « Je ne me plains qu’à Dieu de ma détresse et de mon chagrin. »

(Coran 12:86)

Le prophète Mohammed a également dit : « Il n’y a pas de malheur ou de maladie qui frappe un musulman, ni souci, chagrin, mal ou détresse – pas même la piqûre d’une épine – pour lesquels Dieu n’effacera pas une partie de ses péchés. »[3]

L’islam met l’accent sur l’importance d’établir et de maintenir une connexion avec Dieu.  Une des plus grandes erreurs que font les gens est de créer une division entre leur vie quotidienne et leur vie spirituelle.  Les situations stressantes qui nous font désespérer et nous sentir déconnectés de Dieu tirent toujours leur source dans les affaires de ce monde : problèmes émotifs, stress financier, abus de substances, maladies, etc.  Et, plus particulièrement à notre époque, une des causes les plus courantes du désespoir est l’isolement et le détachement par rapport aux autres.

Dieu est parfaitement conscient des situations auxquelles nous devons faire face et Il nous a donné les moyens d’y faire face.  Mais dans le cas du désespoir, ce sentiment qui amène certaines personnes à penser au suicide, il faut se souvenir, d’abord et avant tout, que Dieu est miséricordieux et que peu importe la situation dans laquelle nous nous trouvons, Il est prêt à nous pardonner et à nous aider.

Dieu nous a demandé d’être bienveillants envers les autres et cela inclut de ne pas laisser à elle-même une personne aux prises avec divers problèmes susceptibles de la mener au désespoir.  Un peu de soutien et de réconfort peuvent l’aider à mieux surmonter son épreuve.  Dieu nous demande également de ne pas nous moquer des autres ni de les mépriser, d’abuser d’eux ou de les rabaisser :

« Ô vous qui croyez!  Qu’un groupe ne se moque pas d’un autre groupe : ceux-ci sont peut-être meilleurs qu’eux.  Et que des femmes ne dénigrent pas d’autres femmes : celles-ci sont peut-être meilleures qu’elles.  Ne vous calomniez pas et ne vous lancez pas mutuellement des sobriquets (injurieux).  De telles perversions s’allient mal à la foi que vous professez.  Et ceux qui ne s’en repentent pas… les voilà les injustes. » 

(Coran 49:11)

Dieu et Son prophète nous rappellent tous deux que ceux qui commettent des injustices et qui oppriment les autres seront sévèrement châtiés.

« Et quiconque d’entre vous se montre injuste, Nous lui ferons goûter un terrible tourment! » 

(Coran 25:19)

Le prophète Mohammed a dit : « Le musulman est le frère d’un autre musulman; il ne doit donc pas l’opprimer ni le remettre entre les mains d’un oppresseur.  Quiconque veille à répondre aux besoins de son frère, Allah répondra à ses besoins; quiconque soulage son frère musulman d’un inconfort, Allah le soulagera d’un inconfort au Jour de la Résurrection; et quiconque cache les fautes d’un musulman, Allah cachera ses fautes au Jour de la Résurrection. »[4]

Comment une personne souffrant de problèmes si graves qu’ils l’amènent à penser au suicide peut-elle remonter la pente?  Tout d’abord, en prenant soin de sa relation avec Dieu.  Cela se fait en lisant régulièrement le Coran, en ayant une conscience constante de Sa présence et en faisant beaucoup d’invocations.  Ensuite, la personne doit reconnaître l’œuvre du diable dans le désespoir qu’elle ressent.  En effet, le diable lui fait imaginer toutes sortes de scénarios plus terribles les uns que les autres, mais complètement faux.  La miséricorde de Dieu peut tout vaincre; il faut donc s’accrocher à Lui et à l’islam, même dans les moments les plus sombres et les plus éprouvants.  En plus des moyens qu’Il nous a donnés pour nous sortir de telles situations, Dieu nous a donné le prophète Mohammed comme exemple à imiter.  Et si la personne désespérée suit ces quelques conseils, cela devrait la calmer et la rapprocher de Dieu.

Si nous gardons à l’esprit que Dieu a le contrôle sur toute chose et qu’Il souhaite nous voir entrer au Paradis, cela nous aidera à laisser nos chagrins et nos soucis derrière nous.  Si nous faisons face à nos craintes et à notre angoisse en plaçant toute notre confiance en Dieu et si nous faisons preuve de patience et de gratitude en toutes circonstances, nos chagrins et nos soucis disparaîtront ou, à tout le moins, nous sembleront plus légers.  Le prophète Mohammed a dit : « L’affaire du musulman est étonnante et tout est à son avantage.  Si une bonne chose lui arrive, il est reconnaissant et c’est une bonne chose pour lui.  Et s’il est affligé d’une épreuve, il persévère et c’est aussi une bonne chose pour lui. »[5]

  1. Sahih Al-Boukhari, Sahih Mouslim
  2. Tel qu’expliqué par plusieurs érudits musulmans.
  3. Sahih Al-Boukhari
  4. Sahih Al-Boukhari
  5. Sahih Mouslim


Related Articles with Le désespoir et le suicide en islam