Attribution des actes Divins à Jésus

Site Team

 

Attribution des actes Divins à Jésus
 
 
 
I) Jésus créateur du monde :
 
Certains textes ont attribué la création de Dieu par Jésus, les Chrétiens s’y sont attachés et en ont vu des preuves de sa déification. Paul a écrit : Car en lui tout a été créé, dans les cieux et sur la terre, tous les êtres visibles et invisibles, Trônes et Souverainetés, Autorités et Pouvoirs. Tout est créé par lui et pour lui. (Les Colossiens 1-16/17). Dans un autre passage, le même Paul a enregistré : Je dois mettre en lumière, pour tous les humains, la façon dont Dieu réalise son plan secret. (Les Ephésiens 3/9). Il est également mentionné dans l’introduction de Jean : Celui qui était la Parole était dans le monde. Dieu a fait le monde par lui, et pourtant le monde ne l’a pas reconnu.(Jean 1/10). (Voir aussi les Hébreux 1/10 et bien d’autres)
 
Tous les textes bibliques concèdent au seul Dieu la Création. Il est noté dans le livre de la Genèse : Lorsque Dieu commença la création du ciel et de la terre….(La Genèse 1/1). Il ne cite aucun associé ni aucun intermédiaire qui a participé à cette création. Esaïe a confirmé cette idée : Ainsi parle le Dieu, le Seigneur qui a créé les cieux …(Esaïe 42/5). S’adressant aux habitants de la ville de Lystre, Paul et Barnabas les conseillèrent : La bonne nouvelle que nous vous annonçons, c’est d’abandonner ces sottises pour vous tourner vers le Dieu vivant qui a créé le ciel, la terre, la mer et tout ce qui s’y trouve. (Les actes des apôtres 14/15) La Biblene cite aucun nom d’un autre Créateur à part le Supérieur.
 
Les écrits de Paul et de Jean qui sont entre nos mains parlent des miracles que Dieu a accomplis par Jésus et ceux que Jésus a réalisés grâce à l’aide de Dieu. (Voir les Actes des apôtres 2/22). Ces mêmes écrits ne disent jamais que Jésus est le Créateur, tout au plus nous pouvons avancer – si ces textes sont authentiques – que Dieu a créé par le Christ toutes Ses créatures.
 
Le moine Jeams Anîs parlant des hypostases et leurs différentes fonctions a observé : «Les exemples de la différence dans leurs charges résident dans le fait que Dieu a créé le monde avec l’aide du Fils.[1]»
 
Ce mode de Création est étrange, nul parmi les prophètes de l’Ancien Testament ne l’a cité, Jésus non plus n’en a fait aucune allusion. A l’exception de certains morceaux de Paul et de l’introduction de l’Evangile de Jean, bien imprégnés de l’esprit de Platon et des philosophies du gnosticisme qui cogitent que Dieu est trop Noble pour s’abaisser à créer Lui-même Sa créature. Aussi daigne-t-il bien déléguer cette activité à son premier-né, appelé Esprit Parfait ou Anges.
 
Jésus ne peut être le créateur des cieux et de la terre et ce qu’il y a entre les deux puisque lui-même est créé. Même si les Chrétiens sont convaincus qu’il est le premier à avoir été créé, il reste toujours une créature et cette dernière ne peut être égale au Créateur : Il est, selon ce verset : Le Christ est l’image du Dieu invisible, Premier-né de toute créature… (Les Colossiens 1/15). Puis l’incapacité de celui qui a été impuissant de se ressusciter par lui-même est encore plus inefficace à créer les cieux et la terre et encore moins à être créés par son intermédiaire : Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité… (Les actes des apôtres 2/32)
 
Si Dieu ne l’a pas ressuscité d’entre les morts, il ne serait jamais revenu à la vie : Le Prince de la vie que vous aviez fait mourir, Dieu l’a ressuscité des morts. (Les actes des apôtres 3/15). Le même Paul répète : Dieu le Père qui l’a ramené d’entre les morts…(Les Galates 1/1)
 
Les vérificateurs voient dans ces textes que l’avènement de Jésus est un renouveau de la Création, un renouveau de la bonne direction et du meilleur des chemins et non point celui de la genèse et de l’existence. Cette dernière est l’œuvre de Dieu alors que la création que l’Omnipotent a réalisée par le Christ est la création récente, celle du sentier droit. Elle est le sujet de l’imploration de David adressée au Seigneur : Crée pour moi un cœur pur, Dieu ; enracine en moi un esprit neuf. (Les Psaumes 51/12). Paul a qualifié de nouvelle créature tout croyant en la religion du fils de Marie : Aussi si quelqu’un est en Christ ; il est une nouvelle créature… (Les Corinthiens (II) 5/17). Il précise : C’est pourquoi être circoncis ou ne pas l’être n’a aucune importance, ce qui importe c’est d’être une nouvelle créature. (Les Galates 6/15). Dans le livre des Ephésiens, le même auteur insiste : Il vous fautrevêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans la justice et la sainteté… (Les Ephésiens 4/24)
 
Sur cette base, Jacques considéra les élèves du Christ comme les aînés des créatures et a consigné : De par sa propre volonté, il nous a engendrés, par la parole de la vérité, afin que nous soyons, pour ainsi dire, les prémices de ses créatures. (Epître de Jacques 1/18). Ainsi, il les prenait pour les prémices de Sa création qui ont été habillés par la nouvelle création. De cette manière, la notion de la création de l’humanité par Jésus exprime la création spirituelle puisque Dieu a fait de lui celui qui vivifie les cœurs durs et ceux qui sont sur le point de mourir.
 
D’aucuns peuvent rétorquer à propos de notre argumentation et notre interprétation des textes en nous produisant les preuves de ce qu’ils lisent dans la Bible. Ils se rapportent à la création, par Jésus, des cieux et de la terre et de ce qui existe entre les deux : Car en lui tout a été créé, dans les cieux et sur la terre, tous les êtres visibles et invisibles, Trônes et Souverainetés, Autorités et Pouvoirs. Tout est créé par lui et pour lui. (Les Colossiens 1-16/17). Les mêmes personnes répliqueront que les textes ne concernent pas uniquement la création des humains par Jésus puisque Dieu a créé par son intermédiaire ce qu’il y a dans les cieux et sur la terre. C’est ce que pensent certains parmi ceux qui ne sont pas habitués au style biblique, empêchant le revirement du texte de l’idée de la Genèse à celle de la création nouvelle.
 
Par contre, ceux qui se sont frottés longuement à cette façon de rédiger, voient dans ces textes une exagération bien connue que l’on rencontre souvent dans la Torah et les Evangiles. Ainsi, le Nouveau Testament a décrit le Christ et ses élèves comme étant la lumière du monde. Jean a écrit : Puis Jésus adressa la parole à la foule et dit : « Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit aura la lumière de la vie et ne marchera plus dans l’obscurité.» (Jean 8/12)et Matthieu d’affirmer : « C’est vous qui êtes la lumière du monde.» (Matthieu 5/14)
 
Ce qui est évident c’est qu’ils représentaient une lumière qui a éclairé la route aux croyants alors que d’autres personnes aux cœurs cruels s’en sont éloignées. Cependant, on ne peut pas dire que cette lumière a eu un impact sur les animaux et les objets. Tout comme le texte de l’évangéliste Jean a décrit que Jésus et ses élèves personnifiaient la lumière du monde, il assure en même temps que cette dernière n’a laissé aucune influence ni sur les mécréants ni sur les objets. Il a donc affirmé que Jésus était la cause du renouveau de la création du monde symbolisant uniquement les croyants sincères.
 
Parlant de la réconciliation qui s’est opérée après l’écoulement du sang de Jésus, Paul a consigné : « Et par lui il a voulu réconcilier l’univers entier avec lui. C’est par la mort de son Fils sur la croix qu’il a établi la paix pour tous, soit sur la terre soit dans les cieux.» (Les Colossiens 1/20)[2].Cette entente est réservée seulement à ses semblables humains qui ont été sauvés. Elle ne concerne, en aucune façon, les objets et tout impie qui existe entre le ciel et la terre, ces derniers ne peuvent profiter de cette alliance. Mais à partir du texte on peut comprendre que cette harmonie les touche tout comme on peut concevoir, sur la base des textes de la création qu’ils n’englobent pas les non croyants.
 
A propos des gens pour lesquels Dieu a envoyé Jésus pour les sauver, Paul a enregistré : « Ce plan que Dieu achèvera à la fin des temps, consiste à réunir tout ce qui est dans les cieux et sur la terre, sous un seul chef, le Christ.» (Les Ephésiens 1/10).Jeams Anîs précise : « Il n’est pas question de croire que l’expression ‘tout ce qui est’ implique la notion de tout ce qui existe dans l’univers, l’être humain et les objets animés et inanimés, comme le soleil, la lune, les étoiles car ils n’ont pas à être réconciliés avec Dieu et tel est le cas pour les animaux pour le même motif. Jésus n’a pas été envoyé pour les êtres humains malsains ni pour les anges nuisibles. Elle ne vise pas, non plus, toute l’humanité car la Bible nous apprend que tout le genre humain n’est pas disposé à se rapprocher de Dieu.[3] Il a également informé : Tous les hommes meurent parce qu’ils sont liés à Adam, de même tous recevront la vie parce qu’ils sont liés au Christ (Les Corinthiens (I) 15/22). Si la mort frappait toute l’humanité à cause de la faute originelle, seuls les croyants qui aiment Jésus en seraient épargnés. Ainsi, nous avons vu dans ces textes des généralités involontaires dans le sens. L’apparence de l’idée qui implique la généralité n’y est point recherchée. De cette manière, la bonne direction montrée au Christ (la création récente) tout ce qui existe dans le ciel et sur la terre, c’est là une généralité qui concerne une particularité seulement, c’est-à-dire que Dieu a créé les croyants en Jésus qui entraînent la création de la foi et du renouveau et non celle de la genèse et de l’existence.
 
Nous pouvons aussi considérer ce passage : Car en lui tout a été créé, dans les cieux et sur la terre, tous les êtres visibles et invisibles. (Les Colossiens 1/16) comme une forme d’exagération que l’on rencontre dans le style courant et habituel de la Bible. Moïse n’a-t-il pas dit aux fils d’Israël : « Le Seigneur votre Dieu vous a rendus nombreux, et voici que vous êtes aujourd’hui aussi nombreux que les étoiles du ciel. Que le Seigneur, le Dieu de vos pères vous multiplie encore mille fois plus.» (Le Deutéronome 1-10/11) Signalons, à titre d’exemple, cette autre exagération : Madiân, Amaleq et tous les fils de l’Orient s’étalaient dans la plaine aussi nombreux que des sauterelles ; on ne pouvait compter leurs chameaux aussi nombreux que les grains de sable sur le bord de la mer. (Les Juges 7/12) L’exagération atteint le summum chez Jean quand il garantit : « Jésus a fait encore beaucoup d’autres choses. Si on les racontait par écrit l’une après l’autre, je pense que le monde entier ne pourrait contenir les livres qu’on écrirait.» (Jean 21/25).Cette démesure dans la création du monde par Jésus figure dans ce qui nous est coutumier chez certains auteurs bibliques.
 
 
 
 
 
[1]) La science régulière de la théologie? La science de la théologie régulière? Dr Jeams Anîs – P : 178
 
[2]) Deux lignes après ce passages, Paul a consigné : « Car c’est par lui que Dieu a tout créé dans les cieux et sur la terre, ce qui est visible et ce qui est invisible.» (Paul 1/16) pour nous indiquer le sens voulu par ce qui précède.
 
[3]) Science de la théologie régulière de Jeams Anîs – Page : 724.

Related Articles with Attribution des actes Divins à Jésus